Qui a inventé la circoncision ?

Publié le par Yves-André Samère

Vous désirez briller en société en posant à vos amis une colle dont ils ne connaîtront probablement pas la réponse ? J’ai votre affaire. Mais attention, ne l’utilisez pas au cours d’une bar-mitzva, vous seriez ridicule ; parce que, là, tout le monde la connaîtrait !

Voici : demandez donc « Qui a inventé la circoncision ? Et dans quelles circonstances ? ». Voilà une question que Julien Lepers n’est pas près de poser dans Questions pour un champion !

Je vous donne tout de suite la réponse à la première question : il s’agit de Séphora. Mais non, ne soyez pas bêtes, il ne s’agit pas de cette chaîne envahissante de magasins où l’on vend du sent-bon. Je parle de la femme de Moïse.

L’histoire, très bizarre, est contée dans l’Ancien testament, livre de l’Exode, au chapitre 4, l’essentiel étant dans le verset 25, mais je vous raconte la totalité. Moïse, qui s’était installé loin de l’Égypte où il était né, et précisément dans le pays de Madian où il s’était marié avec Séphora et en avait eu un fils, reçut l’ordre de Dieu de retourner en Égypte pour convaincre le pharaon de laisser partir les Hébreux – censés réduits en esclavage (mais ce détail historique est aujourd’hui considéré comme faux, puisque les Égyptiens, semble-t-il, ne pratiquaient pas l’esclavage, ou du moins ne les prenaient pas parmi les Hébreux). Or Moïse n’avait pas confiance en ses propres talents d’orateur, et pria Dieu de chercher quelqu’un d’autre. Pas très content de cette dérobade, Dieu maintint son ordre et garantit que le frère de Moïse, l’aîné Aaron, saurait bien parler pour lui, si nécessaire. Donc Moïse obéit et partit pour l’Égypte, accompagné de son épouse et de leur fils.

Mais, en cours de route, une nuit, voilà que Dieu, qui apparemment avait l’esprit de l’escalier, se remémora la réponse précédente de Moïse, et, furax, la bave aux lèvres (je brode un peu, là, histoire de rendre l’histoire plus intéressante), « l’attaqua et voulut le faire mourir » – verset 24, et quand je vous disais que ce Dieu infiniment bon passe son temps à vouloir tuer des Juifs.

Alors, verset 25, « Séphora prit une pierre aigüe, coupa le prépuce de son fils,  et le jeta aux pieds de Moïse en disant : “Tu es pour moi un époux de sang !” », paroles dont je vous supplie de ne pas me demander l’explication.

Pauvre gosse. Il s’appelait Éliezer, et il n’était vraiment pour rien dans tout ce micmac.

Quant à Séphora, elle était visiblement zinzin, et j’ai un peu de mal à la confondre avec son interprète Yvonne de Carlo, qui était considérée comme la plus belle femme du monde à l’époque, entre le 13 octobre 1954 et le 13 août 1955, où Cecil B. DeMille tournait son film Les dix commandements. En tout cas, selon toute apparence, les Juifs n’étaient pas circoncis avant cet épisode sanglant. Merci, Séphora, première mère cinglée de l’Histoire.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

C
Bonjour, il est dommage de traiter d un thème cultuel avec tant de libéralisme. C est presque désolant ! L expression libertine qui marque les explications réduits des grands noms au stade de personnes insignifiantes.il est clair que vous êtes athée, ou alors que vous avez une conception bien individuelle de Dieu. Ou alors vous êtes dans " votre monde" auquel cas le paradis vous est offert naturellement. Personnellement , au plus profond de mes colères je n oserais pas blasphèmer à ce point. La conclusion est toute simple vous avez rendu vos explications incompréhensibles
Respectueusement Christophe
Répondre
Y
Libéralisme ? Explications ? Je traite avec l’humour qui convient un personnage probablement fictif comme Moïse, qui ne m‘inspire aucun respect. Je ne vois aucun “grand nom” dans ce magma. Oui, je suis athée, je l’ai confirmé bien des fois, et je me fiche bien du paradis, qui n’existe pas plus que Dieu ou Satan. Quant au blasphème, ce n’est pas un délit, la loi française permet de blasphémer. Donc attendez-vous à me voir blasphémer encore tant et plus (si vous commettez le péché mortel de continuer à me lire : vous êtes libre, et moi aussi).