Rachida, reine des tire-au-flanc

Publié le par Yves-André Samère

L’ACTA était un projet qui proposait un accord commercial international contre la contrefaçon, contenant également un renforcement des droits de propriété intellectuelle. Il a été débattu entre 2006 et 2010 par une quarantaine de pays, puis signé par huit pays : les États-Unis, l’Australie, le Canada, la Corée du Sud, le Japon, le Maroc, la Nouvelle-Zélande et Singapour, rejoints le 26 janvier dernier par vingt-deux autres pays, dont la France, l’Italie et le Royaume-Uni. Mais pas l’Allemagne !

Apparemment pétri de bonnes intentions, ce projet, en fait, en cachait de mauvaises, puisque, comme l’Hadopi, il englobait la répression des infractions au droit d’auteur sur Internet, mais aussi, condamnait certains médicaments génériques... et l’on voit bien à qui cela profitait !

Ce projet a donc été soumis au vote du Parlement européen, qui l’a repoussé par... 478 voix contre 39 ! Un triomphe, par conséquent, qui justifiait bien ces quatre années de blablabla.

Ce qui a fait méchamment marrer tout le monde, c’est que Rachida Dati, délaissant pour une fois ses activités de mannequin au service des grands couturiers de l’avenue Montaigne, des joailliers de la place Vendôme et du chausseur Louboutin de la rue du Faubourg-Saint-Honoré, a participé au vote, et a voté pour le projet. Puis, constatant le succès du vote négatif, a prétendu qu’elle... s’était trompé de bouton, et a exigé qu’on rectifie le procès-verbal pour faire croire qu’elle avait eu l’intention de s’abstenir.

On a eu pitié d’elle, comme on a pitié d’un enfant qui échoue dans tout, et on lui a donné satisfaction, mais en riant sous cape. Il faut dire que la dame qui pouffe sans arrêt chaque fois qu’elle passe à la télé doit être rangée sans hésitation dans la catégorie des tire-au-flanc notoires : au Parlement européen, elle scandalise par son abstentionnisme perpétuel, et sa dissipation quand elle est présente. Bref, rétribuée 3209 euros... par jour de présence, elle ne fiche rien et méprise presque ouvertement cette institution. Astric Lulling, députée luxembourgeoise, l’une des doyennes du Parlement et questeur, affirme que « l’implication de madame Dati est proche de zéro ».

En somme, c’est une fumiste, et tout le monde le sait.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Il y a des caméras au Parlement européen. On a pu voir une séquence où un huissier vient la sermonner parce que ses bavardages dérangent ses voisins.
Répondre
D
Installez des caméras au Parlement Européen, et elle sera la plus assidue de l'assemblée.
Répondre