Refuser le pacte républicain ? Ordurier !

Publié le par Yves-André Samère

Hier, j’ai qualifié les socialistes de « charlots », et les électeurs du Front National, de « salauds ». Je n’avais encore rien dit sur l’UMP. Réparons vite cet oubli volontaire.

Ne tournons pas autour du pot : tous les partisans de Copé qui suivront les consignes de leur président de fait (on sait bien qu’il a triché pour obtenir ce poste, en truquant les élections internes, ce qui lui a été facile à son poste antérieur de secrétaire général), tous ceux-là sont de purs malfrats. La consigne au sein de ce parti est en effet de ne pas observer ce qu’on appelle couramment « le pacte républicain ». Cela consiste, au cas où s’affronteraient au second tour un candidat de l’UMP, un du Parti Socialiste et un du Front National – les fameuses triangulaires –, à refuser de se désister en faveur du PS si on appartient à l’UMP, ou de l’UMP si on appartient au PS. Ce qui risque bien sûr de faire élire un facho, susceptible d’arriver en tête de CE scrutin-là.

Vous observerez qu’au PS, la consigne est inverse : un candidat socialiste DOIT se désister en faveur d’un adversaire de l’UMP s’il faut empêcher le FN de gagner l’élection. Au moins, là, on se conduit proprement. En 2002, les électeurs de gauche ont été invités à voter pour Chirac pour barrer la route à Le Pen, et ils n’ont pas renâclé. Si le gouvernement socialiste actuel est nul, du moins n’est-il pas soutenu par des ordures, mot que je n’emploie pas souvent.

Et devinez comment je qualifie Copé !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :