Remaniement, ou carnaval ?

Publié le par Yves-André Samère

On a entendu ce matin le cher Mélenchon prédire, avec sa bienveillance habituelle, que ce pauvre Hollande ne changerait rien à sa politique, sauf peut-être quelques petits rôles de la distribution gouvernementale (je refuse d’écrire casting, non mais). Selon Jean-Luc, ce pauvre Hollande serait « trop têtu ».

Ce n’est qu’à moitié vrai. Je crois bien qu’en effet, ce pauvre Hollande ne changera pas grand-chose, mais pour une tout autre raison, qui est que personne au monde ne pourrait faire quoi que ce soit pour modifier la situation où sombre ce cher et vieux pays – comme disait l’autre. En un mot, comme naguère chez Ruquier, on a tout essayé, et rien n’a fonctionné, parce que rien ne dépend uniquement de ce qui se passe en France.

En particulier, l’illusion, entretenue vainement par le gouvernement, que le chômage va baisser si la croissance augmente, cela relève du mythe : il n’y aura pas de croissance, quoi qu’on fasse. Considérez un peu les pays où il en reste quelques traces : elle est en baisse partout, même en Chine !

Alors, soyons positifs, et profitons de ce que c’est bien le moment (avec deux ou trois semaines de retard, mais n’insultons pas l’avenir et pensons à 2015) : lançons en France un gigantesque carnaval, au cours duquel nous épuiserons nos dernières ressources et dilapiderons nos ultimes économies. Ensuite, suicide généralisé, un peu comme dans La grande bouffe. Ne sommes-nous pas au pays de la gastronomie ?

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :