Renaissance de la piscine Molitor

Publié le par Yves-André Samère

En page 1, « Le Canard enchaîné » de cette semaine nous révèle qu’à Paris, la piscine Molitor, remarquable par son style architectural et qui avait été fermée depuis vingt ans, vient d’être reconstruite dans le même style, et vendue à un promoteur immobilier, lequel va y créer un hôtel de luxe, à côté du bassin, qui sera désormais réservé aux clients de l’hôtel... et aux écoliers du seizième arrondissement. Les petits veinards vont baigner, non seulement dans l’opulence, mais dans une eau si pure « qu’on pourrait faire son café avec ».

Non, je ne déraille pas, je viens simplement de citer une phrase du dialogue extraite de ce merveilleux film sorti l’année dernière, Life of Pi (en français, L’Odyssée de Pi). Et veuillez prononcer « paille », s’il vous plaît, le film parle anglais.

Si vous n’avez pas vu cette œuvre d’Ang Lee, récompensée par un Oscar et qui recèle les plus belles images numériques vues depuis Avatar, sachez qu’elle conte l’histoire imaginaire d’un garçon de dix-sept ans, perdu dans le Pacifique, sur un canot où il cohabite avec... un tigre nommé Richard Parker. Or ce garçon, né en Inde, à Pondichéry, dans la famille Patel, a été prénommé « Piscine Molitor » parce qu’un ami de son père visitait toutes les piscines du monde, et que celle de Paris était la plus belle de toutes. Et piscine avait donné le diminutif de Pi. Voyez-le ICI dans son âge tendre, lisant un livre qui m’a été cher, au même âge. Le livre est en français, et je l’ai dans ma bibliothèque, à peu près dans le même état. Normal qu’il soit en français, nous sommes à Pondichéry, l’un des cinq anciens comptoirs français de l’Inde.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :