Réveillons les volcans !

Publié le par Yves-André Samère

À propos de réchauffement climatique, on aimerait rappeler à messieurs les écologistes que nous sommes le 16 avril, que l’hiver est officiellement terminé depuis près de quatre semaines, et qu’à Paris, on est toujours obligé de chauffer les appartements. Il va falloir revoir tout ça, chers amis de la Terre !

Mais un évènement devrait rendre l’optimisme aux geignards qui craignent tant que la Terre se réchauffe : depuis hier, un volcan islandais, situé sous le glacier Eyjafjallajökull (si-si !), est entré en éruption, et les cendres qu’il crache dans l’atmosphère ont interrompu les transports aériens dans toute l’Europe du Nord. Déjà, une belle économie de carburant ! Et cette éruption pourrait durer « de plusieurs jours à un an », voire plus, « si l’on en juge par l’intensité de celle-ci », selon un professseur islandais de géophysique.

Or il y a mieux. En juin 1991, aux Philippines, le volcan Pinatubo, qu’on croyait éteint depuis cinq cents ans, s’est réveillé, et cette éruption a duré jusqu’au 2 septembre suivant, éjectant dix kilomètres cubes de saletés noirâtres qui non seulement ont salopé une grande partie de l’Asie du Sud-Est, mais surtout, ont obscurci la lumière du Soleil, au point de faire tomber la température de la Terre entière de presque un degré pendant deux ou trois ans ! Rappelons aux amateurs de littérature que le romancier Georges-Jean Arnaud a exploité ce thème, bien avant ladite éruption, au début des années quatre-vingt, en écrivant un cycle de science-fiction intitulé La Compagnie des Glaces. Le thème en était le suivant : les hommes ayant pris l’habitude de déposer sur la Lune leurs déchets nucléaires, notre satellite a fini par exploser (scientifiquement, c’est fantaisiste, je sais bien, mais le cher Georges-Jean n’a jamais prétendu être un savant), et les poussières lunaires, masquant le Soleil pour des siècles, ont provoqué une baisse générale de la tempature atmosphérique, entraînant une ère glaciaire qui bouleversait l’organisation politico-économique de la planète entière. Ce cycle littéraire, que j’ai lu entièrement, s’est étendu sur... soixante-deux romans, et il a été suivi d’un autre cycle, plus court, qui racontait le retour à la normale.

Bref, la voilà, LA solution au réchauffement global : réveillons les volcans ! Reste plus qu’à trouver le moyen : comment réveille-t-on un volcan qui s’obstine à dormir ? Le tapage nocturne semble inefficace.

Si vous connaissez un moyen...

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
<br /> Tous les dinosaures ne sont pas morts ! Charles Pasqua est toujours vivant, un tribunal s’est souvenu de lui récemment.<br /> <br /> <br />
Répondre