Rire sur France Inter - 1

Publié le par Yves-André Samère

Pas besoin de remonter au déluge pour trouver les premières émissions publiques et quotidiennes de divertissement sur France Inter : elles ont commencé le 3 décembre 1979, dans le studio 106. Auparavant, il y avait une chronique d’humour avant huit heures du matin, chaque jour ouvrable, et pas en public, c’était Philippe Meyer qui la tenait, dans la séquence conduite par Patricia Martin (qui plus tard travailla au secrétariat de Claude Villers pour le Tribunal des Flagrants Délires, où elle ne disait mot). Meyer commençait toutes ses interventions par une formule quasiment invariable : « Heureux habitants de la Nièvre et des autres départements français... » – il changeait chaque jour le nom du département. Il en a aussi existé une en public, en 1978-1979, qui durait une heure et demie, mais seulement le samedi matin, entre neuf heures et dix heures et demie, Des parasites sur l’antenne. Le producteur et animateur était Thierry Le Luron. Ses acolytes étaient Pierre Desproges, Éveline Grandjean, Bernard Mabille, Bernard Pilot, Lawrence Riesner, Jacques Chazot, et le pianiste était Jacques Lesage. Thierry, qui pilotait son émission sans la moindre défaillance et avec une faculté d’improvisation rare, avait une particularité : il était d’une absolue intégrité, et n’a JAMAIS accepté de faire d’émission enregistrée, comme cela se pratique aujourd’hui : tout était en direct. D’ailleurs, il en était de même à la télévision.

La dernière de son émission eut lieu en septembre 1979. Son invitée était sa grande amie Line Renaud, qui, afin de couper court aux éternelles plaisanteries sur son âge (du type « On trouvé la première affiche d’un gala de Line Renaud dans les grottes de Lascaux »), avait tenu à se faire accompagner par un huissier, qui lut au micro son acte de naissance, et par... sa mère ! Cela se passait dans l’un des deux studios habituels de France Inter, mais il y avait eu des déplacements en province, par exemple à Lille où Line était déjà l’invitée. Elle venait toujours accompagnée de son mari Loulou Gasté, qui ne disait jamais un mot.

Après cette dernière, il y eut une interruption d’environ deux mois, pendant lesquels on prépara la première émission quotidienne en public, toujours animée par Thierry Le Luron, et dont je vous parlerai ultérieurement.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :