Rire sur France Inter - 6

Publié le par Yves-André Samère

Après une première saison triomphale et la victoire de Mitterrand à l’élection présidentielle, on aurait pu croire que Villers, qui avait animé la fête sur la Place de la Bastille le soir de ladite élection, obtiendrait tout ce qu’il voulait. Or il voulait simplement qu’on prolonge son émission d’une demi-heure. Contre toute attente, la direction le lui refusa, et... il partit ! Pendant un an, il occupa un poste mal défini à Radio Monte-Carlo, une sorte de conseiller à la direction des programmes. Et il emmena Desproges avec lui.

Ainsi, durant un an, Villers ne fut plus à l’antenne. Quant à Desproges, il anima, en compagnie de Valérie Mairesse, deux émissions d’une heure, les samedis et dimanches, sur RMC. Il faut dire qu’en 1981-1982, cette radio n’émettait pas encore en modulation de fréquences sur tout le territoire, et que, par exemple dans le nord de la France, elle était quasiment inaudible...

Le Tribunal des Flagrants Délires laissait un vide énorme, et France Inter dut rappeler Thierry Le Luron, mais son émission d’une heure, qu’il animait seul et où il casait ses imitations et ses canulars téléphoniques, n’était pas publique. Il n’y a pas grand-chose à en dire, et c’est avec soulagement qu’en septembre 1982, on sut que le Tribunal revenait, avec Villers et Desproges, et... augmenté d’une demi-heure ! Une année de perdue.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :