Rudyard Kipling

Publié le par Yves-André Samère

Dans mon article d’hier sur les méchants au cinéma et dans la littérature, je citais un recueil de contes écrit par Rudyard Kipling, Histoires comme ça (en anglais, Just so stories for children). Une lectrice et amie a dit, en commentaire, qu’elle l’avait relu récemment, mais dans une autre édition, la collection Nelson, que la mienne, qui est la librairie Delagrave. N’ayant pas vu le livre publié chez Nelson, j’ignore s’il a subi la censure que j’ai constatée chez un autre éditeur, et dont je parle ICI.

Bêtement, Rudyard Kipling, qui était un grand écrivain (il a été le premier auteur de langue anglaise à recevoir le Prix Nobel de littérature), a été considéré par des excités tel George Orwell comme un chantre du colonialisme et de l’impérialisme, pour avoir situé certains de ses romans dans l’Inde d’avant l’indépendance, où il était né en 1865. La vérité est bien différente, mais on ne va pas en débattre dans cette page, j’estime que le sujet a été épuisé.

Tout le monde connaît Le livre de la jungle et son fameux poème If..., mais tout le monde n’a pas lu ses autres romans. Je vous invite donc à lire Stalky et compagnie (sur le monde du collège en Angleterre), La lumière qui s’éteint (sur un peintre qui devient aveugle), Kim (sur un jeune Indien qui devient espion), et Capitaines courageux (sur un jeune garçon riche, tombé à la mer depuis un paquebot, recuilli par un bateau de pêche et forcé d’y rester jusqu’à la fin de la saison, ce qui va lui apprendre la vraie vie), roman porté à l’écran en 1937 par Victor Fleming (le réalisateur d’Autant en emporte le vent), avec Spencer Tracy et, hélas, le navrant Freddie Bartholomew, vedette de treize ans alors à la mode, mais trop jeune de trois ans pour ce rôle.

Tous les livres que j’ai cités, sauf La lumière qui s’éteint, existent en livres électroniques gratuits, sur ce site.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Oui, cela doit dépendre de l’éditeur. Nelson, c’est anglais, j’avais dû voir une édition française. Il en existe des tas.
Répondre
D
J'avais vérifié dans mon édition Nelson quand vous aviez évoqué cette censure, et le dessin est tel que vous l'avez mentionné : avec la svastika.
Répondre