Sanctuarisation de neurones

Publié le par Yves-André Samère

Puisqu’on a parlé de charabia administratif, Hollande et Aurélie Filipetti, ministre de la Culture, sont venus à la rescousse et nous fournir de la matière. À propos de cette dernière, je note qu’on ne mentionne jamais, dans les radios-télés, qu’elle était farouchement hostile à l’Hadopi, mais qu’elle a mis ses convictions dans sa poche avec son téléphone par-dessus (plus personne n’a de mouchoir), attendu que, officiellement, on fait toujours la chasse aux pirates...

Bref, Hollande a ordonné que les budgets de la plupart des ministères soient un peu rabotés, histoire de (tenter de) faire des économies. Mais on ne peut pas dire les choses aussi crûment qu’ici, aussi a-t-on inventé d’utiliser le verbe sanctuariser pour désigner cette action d’interdire tout rabotage. Certes, ce mot existe depuis longtemps, mais il n’a jamais vraiment voulu dire ça ! Il signifie, soit « donner à un lieu le caractère sacré d’un sanctuaire », soit « rendre permanent, intangible, ou inattaquable par l’ennemi sous peine de représailles ».

Hier, madame Filipetti était invitée au Grand Journal de Canal Plus, revenu de vacances après deux semaines, et elle été interrogée sur le fait que le budget de son ministère a été, donc, sanctuarisé. Et tous les animateurs de l’émission ont avoué qu’ils ne comprenaient pas ce mot ; que, par conséquent, ils priaient madame Filipetti de bien vouloir le leur expliquer.

Que croyez-vous qu’a fait la dame ? Qu’elle a patiemment expliqué à ces cancres le nouveau sens de ce verbe ? Pas du tout. Elle s’est contentée de répéter une douzaine de fois que, c’était très simple, son budget avait été sanctuarisé, et basta !

Cette manière de répondre, de la part d’un politique, est bien connue, et tant pis si naquit alors, dans l’esprit tordu de ses interlocuteurs (et des non moins ignares téléspectateurs du Grand Journal), l’horrible soupçon qu’elle non plus ne savait pas ce qu’il voulait dire.

Voilà, comme ne dit plus Marie Colmant. Maintenant, vous savez tout sur le sens inédit de ce terme.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :