Sean Penn en Haïti

Publié le par Yves-André Samère

Ainsi donc, Sean Penn s’est rendu en Haïti, et la télévision nous l’a montré sous tous les angles. Normal, c’est une vedette. On aime bien Sean Penn, il pense du bon côté, et il a réalisé un joli court métrage, sorti en septembre 2002, sur la destruction des deux tours de Manhattan.

Malgré tout, il y a de quoi s’interroger sur l’utilité des visites que font les vedettes de cinéma ou de la chanson dans les pays qu’un malheur vient de frapper. Ce genre de manifestation a un côté « mouche du coche » qui n’est pas loin d’être indécent.

Car enfin, on imagine bien que, le soir de son arrivée, Sean Penn va loger dans une chambre confortable, qu’il fera ses trois repas quotidiens sur toute la durée de son séjour, et qu’on veillera sur lui comme sur le pape. Même s’il paye, ce qui est vraisemblable, on va détourner, pour s’occuper de lui, un tas de gens qui seraient plus utiles ailleurs, et dont l’absence provisoire va nuire aux déshérités.

Ah oui, c’est vrai ! Sean Penn va « témoigner » ! Mais le prétexte a beaucoup servi. Or ce qu’il va voir in situ, il l’aurait vu en restant chez lui, et tout aussi bien, et sans déranger personne. Les photographes, les journaux et la télévision sont sur place, et le travail de ces anonymes valent bien le témoignage d’une vedette.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :