« Secrets d’histoire » : Louis XIV

Publié le par Yves-André Samère

D’habitude, je regarde avec intérêt les émissions Secrets d’histoire, présentées par Stéphane Bern, toujours partant dès qu’il s’agit de faire l’éloge d’un roi, quel qu’il soit. Mais l’édition de mardi, consacrée à Louis XIV, envoyait le bouchon un peu loin : rien que des admirateurs de Loulou-la-Fistule, et pas la moindre critique contre ce souverain abominable. À propos, il paraît que, dès ses vingt ans, il était chauve, d’où ses perruques grotesques. San-Antonio a fait remarquer que, s’il avait pu se faire fabriquer des meubles à perruque, il l’aurait fait. Passons.

Moi, le fait qu’un chef d’État multiplie les guerres pour asseoir sa gloire, et profite de sa fonction pour s’envoyer des nanas à la pelle, ça ne m’épate pas du tout ; il n’a fait que donner le mauvais exemple aux présidents de la République de notre époque. Et je ne vois là aucune raison de lui tresser des couronnes de lauriers. Bien sûr, que les femmes sont toujours prêtes à tomber dans le lit d’un type puissant ! Et le fait qu’il puait comme trois bennes à ordure et avait les dents complètement pourries n’était pas de nature à décourager celles qui n’avaient en tête que la satisfaction de leur vanité ainsi que le goût du fric : quand on vous fait construire un château en remerciements de vos bons offices, hein ?...

Il faut préciser que Louis XIV, dont on nous jure qu’il n’avait pas le droit de vie et de mort sur ses sujets et se serait donc CONTENTÉ d’imposer à un simple valet (celui de Fouquet), qui en savait trop sur ses magouilles avec l’Italie, le port perpétuel d’un masque qui n’était d’ailleurs pas « de fer », a tout de même commis d’autres saloperies comme la révocation de l’Édit de Nantes, ce qui n’a pas eu l’air d’émouvoir les historiens-sic invités devant la caméra – et qui sont du reste toujours les mêmes, d’émission en émission. Dans un de ses livres, Alain Baraton, jardinier en chef de Versailles, rapporte l’épouvantable anecdote de cet homme de soixante ans dont le fils était mort d’un accident pendant la construction du château de Versailles : il avait insulté le roi, et on lui avait coupé la langue avant de l’envoyer aux galères à perpétuité ! C’est ça, la gloire.

Il paraît que ses grands travaux ont enrichi le patrimoine de la France. Je veux bien, mais alors, pourquoi la visite de Versailles est-elle payante ? Si c’est à nous, on devrait y entrer gratuitement !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :