Simplifions les formalités administratives

Publié le par Yves-André Samère

Dans le cadre de la simplification administrative, tâche où le gouvernement d’élite que nous avons la chance d’avoir actuellement réussit à merveille et qui devrait faire reculer la célèbre phobie de même métal, j’ai découvert avant-hier une nouvelle preuve de son efficacité (du gouvernement, pas de la phobie administrative).

Figurez-vous, car j’ai ce vice, que j’ai voulu payer par Internet, comme je le fais toujours, ma taxe foncière, une modeste somme qui suffirait à régler les travaux de ravalement du Palais de Justice, actuellement en cours. Je me suis donc connecté à l’endroit habituel, et j’ai commencé à valider toutes les options, petit travail qui marche très bien et ne prend pas plus d’une demi-minute – et un peu moins de trois heures si c’est Nabilla qui s’y colle.

Hélas, parvenu à la dernière étape de validation finale, la page m’a renvoyé dans les cordes en affirmant que j’avais fait une erreur DANS MON NOM, ce que Nabilla n’aurait jamais fait, et que j’avais tapé au moins « un caractère accentué » que le logiciel de gestion de ladite page ne connaissait pas ! Un caractère accentué ? Mais il n’y en a pas la queue d’un dans mon nom (le vrai, pas mon pseudonyme), et ceux de mes lecteurs qui me connaissent personnellement peuvent le confirmer.

Après trois tentatives aussi couronnées de succès que la première, j’ai abandonné, et envoyé un message au service concerné. Qui, sans surprise, m’a renvoyé à un autre service, selon le principe bien connu dans l’administration, « C’est pas moi, c’est l’autre ». Docile comme vous me connaissez, je me suis alors retourné vers cet autre service, qui m’a répondu le lendemain, donc hier – ça va, vous suivez ? – pour me conseiller de « supprimer le trait d’union de mon prénom », ce qui, depuis des années que je paye mes impôts de cette façon, n’avait jamais été nécessaire. Il faut croire que le concepteur du merveilleur logiciel gérant tout cela n’est pas capable, lui, de supprimer cet ostracisme informatique nouvellement et absurdement introduit (puisqu’il n’existait pas l’année dernière) et de faire admettre le trait d’union tabou parmi les caractères autorisés (rien que des majuscules de A à Z).

Je me suis exécuté, ai remplacé le caractère fatal par... rien, et j’ai pu payer mes impôts. Ouf ! Les travaux de ravalement du Palais de Justice sont sauvés.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Bien sûr ! Respecter l’orthographe du nom des autres, c’est une des bases de la politesse. Dire que les noms propres n’ont pas d’orthographe, c’est stupide et ça ne repose sur rien.

Pour les mots de passe qu’on ne puisse pas deviner, il y a un bon truc donnant un mot de passe très simple : inventer une date qui ne peut pas exister ! Si tu utilises
« 32juillet » ou « -5marsAn007 », personne n’y pensera jamais.
Répondre
D
Tel que je te connais, le fait d'être obligé d'enlever le trait d'union de ton prénom a du particulièrement t'énerver. Depuis que je te connais, et cette remarque que tu m'avais fait à juste titre,
j'ai depuis toujours fait très attention au trait d'union dans un prénom composé.

Une autre chose sur le site des impôts : le mot de passe ! On te demande d'entrer un mot de passe complexe, mais tu ne peux y inclure des caractères spéciaux du type @
Résultat ? tu es obligé de te cantonner à des majuscules, minuscules, chiffres et le _ ! Je n'appelle pas ça un mot de passe sécurisé...
Répondre
D
Oh, qu'ils soient jaunes, je n'ai rien contre, mais ils le sont un peut trop. Jaunes. De surcroît, ils sont moches et font la gueule.
Répondre
Y
Qu’avez-vous contre les lions jaunes ? Du reste, tous les lions que j’ai croisés étaient de cette couleur. Sauf les deux qui encadraient l’entrée de la mairie d’Oran. Mais ils avaient l’excuse
d’être en bronze.
Répondre
D
Hélas, l'argument de l'accent ne marchera pas, donc on va hélas encore une fois, permettre à notre cher maire de construire des parkings clôturés sur les 4 côtés. Sans portail.
Ou d'ajouter deux ou trois lions grandeur nature en béton peint en jaune dans le village (là, j'espère que je vous allez en faire un cauchemar).
Répondre
Y
Possible à vous de ne pas payer. La pénalité sera pour votre époux.
Répondre
D
Bon, moi qui ai un nom marital accentué (enfin, l'administration n'a pas encore compris que, même mariée, j'avais un patronyme qui n'était pas celui de mon époux)je n'ai aucune chance de payer ma
taxe foncière, ce qui m'arrange. Moi, c'est peindre en rose entièrement le château de Versailles qu'ils ne vont pas pouvoir faire.
Répondre