Siné, 1 - Val, 0

Publié le par Yves-André Samère

Si j’avais le malheur d’être détesté par tout le monde, je...

Pardon, je reprends.

Si j’étais Philippe Val, je songerais à me retirer à la Trappe. Après la haine collective qui a récompensé son travail à France Inter, le voilà qui perd son procès contre Siné. On se souvient (ou pas) que, directeur de « Charlie-Hebdo » (poste qu’il avait obtenu, non par son mérite, mais parce qu’un héritage lui avait permis d’acheter la majorité des parts du journal), il avait été en conflit avec le dessinateur octogénaire Maurice Sinet, alias Siné. Celui-ci avait en effet écrit une petite saloperie contre Jean Sarkozy, qui, pour une fois, n’avait rien à se reprocher, vu que Siné lui faisait grief de s’être fiancé avec une jeune fille juive, héritière des magasins Darty.

Je reproduis la prose de Siné : « Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le parquet (encore lui !) a même demandé sa relaxe ! Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n’est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit ! »

Je n’aime pas Philippe Val, mais je maintiens que ce paragraphe est un tissu de saloperies, et puisque Siné a refusé de s’excuser, je ne trouve pas anormal qu’on lui ait montré la sortie en juillet 2008, même si mes amis et un membre de ma famille ont travaillé ensuite pour le journal que Siné a fondé après cela, poussé par Bedos et quelques autres.

Depuis, les deux hommes étaient en procès. Or, Val vient de perdre, le 30 novembre, pour avoir annoncé le renvoi de Siné AVANT de lui avoir envoyé sa lettre de licenciement sans indemnités ! Boulette, comme dirait Roselyne Bachelot.

Pour comble, le Tribunal de Grande Instance de Paris a estimé que la chronique litigieuse n’était pas antisémite, et que Siné n’a commis aucune faute en l’écrivant. Ce dont je me permets de douter, le dessinateur étant notoirement antijuif. Je vais demander à BHL ce qu’il en pense.

Toujours est-il que ce tribunal doit être un peu myope. Et l’accusation de délit de fuite envers Jean Sarkozy ? Et l’outrage à magistrat, pour avoir prétendu que le parquet avait demandé sa relaxe parce que le plaignant, dans l’histoire du scooter, était arabe ?

Pauvre Val... La société qui édite « Charlie-Hebdo » devra payer à Siné 40 000 euros de dommages et intérêts pour rupture abusive de contrat. Non seulement cela, mais le tribunal a souligné que « la liberté d’expression l’emporte sur le respect des croyances surtout dans le style de la satire, un genre qui se situe dans l’exagération et l’outrance ». Alors, dire « J’encule Sarkozy » sur France Inter, c’est légitime ? Bonne nouvelle.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y

Je me réjouis que Val ait pris une baffe. Mais Siné est un sale type, complètement antijuif, et ses « amis » qui l’ont soutenu (parce qu’ils détestaient Val) le savent bien.

Dans le paragraphe qui lui a valu son renvoi du journal, Siné s’asseyait sur la présomption d’innocence en accusant le prince Jean de délit de fuite, et disait que le parquet l’avait relaxé parce
que son adversaire était arabe. J’ai du mal à voir là-dedans une forme d’humour.


Répondre
D

Ce jugement est normal : Sarkozy porte la poisse à tous ses potes. Un de plus, c'est tout !


Répondre