Smaïn, R.I.P.

Publié le par Yves-André Samère

J’ai l’infini regret de vous informer du suicide – métaphorique – de M. Smaïn Fairouz, qui, sous son seul prénom, fut un comique intéressant, avant de vouloir devenir comédien et de se payer un premier bide en jouant Les fourberies de Scapin au Théâtre du Gymnase. Après cela, il se mit à jouer dans des séries télévisées de seconde zone. On ne parlait plus guère de lui.

Et puis, il s’est récemment laissé tenter par un coup de com’, en allant, avec d’autres Algériens ou Franco-Algériens, enregistrer à Alger un clip en vidéo, tout à la gloire du président Boutefliqa, en campagne électorale alors qu’il est à peu près aussi vivant que Tout-Ankh-Amon – comme l’ont largement montré les récents reportages publiés par le Petit Journal.

Smaïn doit manquer de mémoire. Car, dans le cas contraire, il se serait souvenu du sort qui a frappé ses collègues artistes ayant voulu flater les puissants de la politique, Mireille Mathieu, Doc Gynéco, Faudel, Enrico Macias et quelques autres. Le public leur a tourné le dos et ils ne trouvent plus guère de travail. Donc le cher Smaïn va connaître une longue période  de chômage. Fallait pas y aller.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :