Plus petit, DONC plus cher !

Publié le par Yves-André Samère

L’éditeur Points publie des romans et des ouvrages de « sciences humaines » (sic), et il commercialise depuis environ un an un nouveau format aux dimensions très réduites, tout en continuant à imprimer et vendre dans le format dit « de poche », qui existe depuis des décennies.

Ce nouveau format a les particularités suivantes : les pages, beaucoup plus petites que celles du format de poche, ont une largeur qui mesure approximativement les deux-tiers de la largeur habituelle ; leur hauteur est d’environ le tiers ; et donc la surface d’une page occupe moins du quart de celle d’une page en format de poche. Le texte est imprimé dans le sens de la plus grande dimension, contrairement à l’habitude, c’est-à-dire que les lignes sont parallèles à la reliure, de sorte que, quand vous lisez, ladite reliure est en haut. Les marges ont été réduites, ainsi que la taille des caractères, et le papier est plus fin. Il a néanmoins fallu augmenter d’un tiers environ le nombre de pages. L’objet est vraiment « de poche » (de pantalon plutôt que de manteau), et il est très léger.

Apparemment, l’innovation, dont je ne sais si elle est d’origine française ou a été tout bêtement copiée sur ce qui se fait aux États-Unis (faut suivre les traditions du clonage des modes), a du succès, puisque l’éditeur a multiplié les rééditions dans ce format.

À ce stade, vous vous dites que le livre doit être moins cher, puisqu’on a employé moins de papier et de carton pour la couverture. Eh bien vous vous trompez ! J’ai comparé le même ouvrage dans deux éditions différentes du même éditeur. En format de poche traditionnel, il coûte 8,10 euros ; dans le nouveau format, il est vendu 12 euros !

Comme votre (très humble) serviteur est de nature aimable – vous le vérifiez tous les jours –, il n’écrira pas le vilain mot d’escroquerie.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :