SMS guerriers

Publié le par Yves-André Samère

Si, pour la première fois dans l’Histoire, Internet a servi à faire tomber un dictateur (en Tunisie, au cas où vous auriez raté un épisode), il n’est pas étonnant qu’un autre dictateur ait pensé qu’il pouvait aussi se servir des moyens actuels d’information et de communication pour se maintenir en place. Plus malin que son collègue Ben Ali, le dictateur égyption Moubarak a donc fait donner... les SMS !

En foi de quoi, le gouvernement d’Hosni Moubarak a contraint un opérateur de téléphone, Vodafone, à envoyer des SMS anonymes sur les téléphones mobiles des abonnés égyptiens ! Il paraît que l’état d’urgence autorise le gouvernement à exercer cette pression sur les opérateurs...

Ces SMS demandent à ceux qui les reçoivent de rejoindre les rangs des manifestants favorables à Moubarak, rien que ça ! Ils n’étaient pas signés, mais tout le monde a compris d’où ils venaient, vu leur contenu, visant à dresser les Égyptiens les uns contre les autres. Bref, un gouvernement qui organise la guerre civile.

Il y a trois opérateurs en Égypte, Vodafone déjà nommé, ainsi que Mobinil et Etisalat. Ils ne peuvent ni refuser d’envoyer les messages, ni répondre à ceux qui les rédigent. La maison mère britannique de Vodafone a protesté, ce qui a dû certainement terroriser Moubarak et ses sbires.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :