Somptueux - somptuaire

Publié le par Yves-André Samère

Chers amis amateurs de pléonasme, bienvenue dans notre émission. Nous recevons aujourd’hui sur notre plateau l’immense Michel Denisot, ancien journaliste sportif, seul vétéran de la création de Canal Plus, la chaîne télévisée qui l’emploie encore, producteur et présentateur de l’émission quotidienne Le Grand Journal, et intervieweur occasionnel du président de la République.

Cher Michel, au nombre de vos invités d’hier soir, nous avons remarqué la présence du député apparenté socialiste (comme on dit toujours) René Dosière, qui publie un livre sur sa spécialité, les finances de l’État. Je ne vais pas vous demander ce qu’est un « apparenté socialiste », puisque chacun a compris ce que cela signifiait : que monsieur Dosière a des socialistes dans sa famille. En fait, nous vous avons invité pour vous remettre une récompense, le Blaireau d’Or, qui couronne le pléonasme le plus foireux de l’année – et nous ne sommes qu’en janvier.

En effet, dans votre présentation de ce député, vous avez déclaré qu’il s’intéressait aux « dépenses parfois somptuaires » que réalise l’État, où plutôt, que perpètrent ses représentants, à ce que prétendent les mauvaises langues. Je dois avouer que notre jury a beaucoup aimé ce parfois que vous avez accolé à l’adjectif somptuaire, puisqu’il a rappelé, aux membres du jury qui sont tous d’anciens cancres, cette réponse faite par l’un des leurs, lors de l’oral du bac, à un examinateur qui lui avait demandé si la statue d’Henri IV installée au milieu du Pont-Neuf était équestre, ou pas. Et notre ami, qui ne connaissait pas le sens du mot équestre, avait répondu, pour ne pas trop se mouiller, qu’elle l’était « un peu ».

Je ne ferai pas à nos téléspectateurs l’injure de rappeler que l’adjectif somptuaire signifie « relatif à la dépense », et que, par conséquent, TOUTE dépense est somptuaire. Seuls quelques irréductibles, qu’il faudrait un jour parquer dans un petit village gaulois, croient encore que somptuaire signifie somptueux et induit à conclure que nos édiles vivent dans le luxe. Une idée qui ferait bondir le président de la République (mes respects, monsieur le président), dont je parlais au début de ma présentation.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

J
D'accord, merci !
Répondre
Y
Pas dans l’expression « dépenses somptuaires », puisque c’est un pléonasme. On utilise cet adjectif surtout dans « lois somptuaires », où son emploi est tout à fait logique.
Répondre
J
Quelle tournure utiliser avec cet adjectif, alors ?
Répondre