Sur Arte, « Odysseus »

Publié le par Yves-André Samère

Si la lecture d’Homère vous a laissé insatisfait, et si, notamment, vous êtes frustré de ne pas savoir comment ont fini Ulysse et Ménélas, vous auriez dû suivre sur Arte ce téléfilm en dix épisodes, diffusé en cinq fois, et qui s’est achevé jeudi soir. Cela s’intitulait Odysseus, mot qui est une déformation du nom d’Ulysse puisque c’est le personnage central du livre d’Homère, et c’est l’une des bouses les plus hilarantes que la télé ait jamais produite. L’une des plus fauchées, également, puisque, au plus fort de l’action, les deux armées qui s’affrontaient ne comptaient pas plus de vingt-cinq hommes, et que tout se passait dans le seul décor du palais d’Ulysse à Ithaque.

Eh oui, contrairement à l’Odyssée authentique où l’on voit Ulysse errer en mer pendant une vingtaine d’années, ici, on ne sort jamais de son île, et le personnage lui-même n’apparaît qu’à la fin du quatrième épisode. Les personnages vedettes, jusqu’à ce moment, sont donc Pénélope, sa femme, et surtout Télémaque, son fils. La production est fâcheusement internationale, franco-italo-portugaise, passée à la moulinette du doublage, et le réalisateur, Stéphane Giusti, est français (j’ose dire que cela se voit). Soit dit en passant, il ne doit pas être indifférent aux garçons, vu son passé cinématographique, et sa propension à montrer dans Odysseus de beaux garçons déshabillés : Télémaque ne peut pas prendre une douche sans qu’une femme entre dans la pièce pour lorgner ses charmes, alors que rien ne vient contrebalancer la chose du côté féminin !

Ulysse revient de son périple complètement fou et paranoïaque, et ne tarde pas à se méfier de Télémaque, qu’il soupçonne de vouloir lui succéder avant l’heure. Il massacre à peu près tous ceux qui le contrarient, avant d’être débarqué par son fiston, qui l’emprisonne, mais le relâche lorsque Ithaque est attaquée par... Ménélas, on ne sait pourquoi, puisque l’époux de la reine -poux de la reine -poux de la reine était déjà richissime. Notez que la belle Hélène est jouée par... Julie Gayet, sans doute parce que Marthe Villalonga n’était pas libre et qu’Audrey Tautou était trop chère. C’est là qu’on nous révèle comment Homère est devenu aveugle : très jeune et scribe officiel d’Ulysse, il participait à la bataille. C’est là aussi qu’on apprend comment Ulysse et Ménélas sont morts : ils se battent en duel, Ménélas enserre Ulysse par derrière, ce dernier saisit alors son épée et se l’enfonce dans le ventre : ainsi, non seulement il se transperce lui-même, mais transperce aussi Ménélas, si bien que tous deux sont expédiés ad patres !

Ce gag m’a rappelé cet épisode d’une aventure du baron de Munchhausen, dit en France « baron de Crac » : un jour qu’il était à la chasse et qu’il voulait une pause pour déjeuner, il s’était assis, adossé à un arbre, et, une miche de pain serrée sur sa poitrine, il avait entrepris d’en couper une tranche avec un couteau bien aiguisé. Si bien aiguisé, qu’il avait coupé, non seulement la miche de pain, mais lui-même, et le tronc de l’arbre derrière lui. Mais rassurez-vous, la coupure était si nette qu’on avait pu recoller les deux morceaux du baron et qu’il n’en était rien résulté de grave. Pour l’arbre, je ne sais pas.

Et Odysseus, dans tout cela ? Eh bien, après avoir épousé de force Nausicaa pour des raisons politiques, Télémaque devient veuf et se marie avec l’esclave troyenne qu’il aimait depuis le début. On suppose qu’ensuite, tout s’est bien passé et que Pénélope ne s’est pas conduite en « fieffée salope », comme a chanté Brassens.

Précipitez-vous sur le coffret de DVD, il est sorti.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Les muscles huilés et les jupettes sont loin d’être le pire. Mais l’idiotie du scénario, là, c’est fatal.
Répondre
D
Si que j'aurais beaucoup de sous et beaucoup de temps, peut-être que j'aurais été tentée !
En effet, ce me semble un magnifique navet. Rien qu'en voyant les photos (pleines de muscles huilés et de jupettes) des magazines télé, on se doutait que c'était une bouse.
Répondre