Sur France 2 : le duc d’Aumale

Publié le par Yves-André Samère

Du duc d’Aumale, le public ne connaît guère que cet exploit : la prise de la smala d’Abdelkader. Mais ce personnage dont parlait Secrets d’Histoire, mardi dernier sur France 2, ne se réduit pas à cela. Il s’appelait Henri d’Orléans, et il était le neuvième des dix enfants de Louis-Philippe, le dernier des rois de France, monté sur le trône après la chute de Charles X en 1830. Né en 1822, il a donc huit ans quand son père devient roi. Or, cette même année, le dernier des princes de Condé, son parrain, meurt en lui laissant toute sa fortune, essentiellement du foncier, qui est énorme. Si bien que l’enfant devient illico l’héritier le plus riche de France, mais qu’il ne paiera jamais les droits de succession, car il ne possède pas les fonds nécessaires. Encore un riche trop pauvre...

Néanmoins, il faut reconnaître que, pour une fois, la fortune n’a pas pourri celui qui en a hérité : Henri est un garçon brillant, s’intéressant à tout, aimant les arts, et qui collectionne les récompenses au lycée Henri IV qu’il fréquente. Il vit d’ailleurs dans une famille très unie et dépourvue de morgue.

Aimant l’armée, il y entre à l’âge de seize ans, et, à dix-huit ans, il combat en Algérie. Après un congé pour raison de santé, il y retourne à vingt ans, ayant beaucoup monté en grade, et, l’année suivante, capture la smala d’Abdelkader, prince algérien nomade très puissant. Abdelkader se soumet et deviendra même un ami de la France qu’il a combattue. Son vainqueur, lui, devient commandant de Constantine (ce pourquoi l’un des grands lycées de cette ville portait son nom), et, en 1947, sera gouverneur des provinces coloniales françaises.

Mais la Révolution renverse son père, et toute la famille doit s’exiler en Angleterre. Là, Henri devient patron de presse et utilise ses journaux pour militer contre l’usurpateur Louis-Napoléon, président de la République mais qui s’est fait nommer empereur ! Cela dure jusqu’à la chute de Napoléon-le-petit, et la famille Orléans, ou plutôt ce qu’il en reste (Louis-Philippe est mort en 1850), rentre en France, où le duc d’Aumale est réintégré dans l’armée. Néanmoins, il a gardé le goût d’écrire et s’attelle notamment à une monumentale histoire des Condé, qui lui prendra dix ans de sa vie et de celle de sa femme, qui est sa copiste. Parallèlement, il s’est lancé dans la politique active et devient député de l’Oise. Il aurait même pu devenir président de la République, mais la droite lui fit obstacle, et ce fut MacMahon qui se présenta et fut élu, mais dut démissionner en 1879. Aumale, lui, connut un second exil (pour une raison n’ayant rien à voir avec sa personne), plus court cependant que le premier.

Il faut préciser qu’il fut élu, non seulement à l’Académie française, mais aussi à l’Académie des Sciences morales et politiques. C’est à l’Institut, qui chapeaute les académies, qu’échurent par legs toutes ses possessions, y compris le fabuleux château de Chantilly, dont la restauration occupa une partie de sa vie : n’ayant aucun héritier car tous ses enfants étaient morts avant lui, il transmit de son vivant ses trésors artistiques à l’Institut, sous réserve qu’aucune pièce de ses collections ne serait vendue et que le tout serait exposé dans l’état où elles seraient lors de sa mort. Ainsi, il ne revint jamais dans son cher château, dont les collections de tableaux le placent juste après le Louvre, et mourut en Sicile, dans une propriété qu’il avait achetée, en 1897. Ses funérailles furent quasiment nationales.

Pour une fois, Secrets d’Histoire n’a pas tressé de couronne à un personnage couvert de sang : il n’en avait pas sur les mains. Ce soir, Albert de Monaco, assez inoffensif lui aussi !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
J’ai corrigé. Pas la première fois que je mentionne le fait que je suis complètement fâché avec les claviers.

Un jour, je mettrai ici un texte que je n’aurai pas PAS corrigé, pour montrer de quels exploits je suis capable.
Répondre
D
Pfiou!!! le temps passe à une vitesse! déjà 33 ans que Mac Mahon a démissionné? j'avais l'impression que c'était hier!
Répondre