Sûr, la Chine et l’Inde vont être raisonnables !

Publié le par Yves-André Samère

Inutile de se faire des illusions : la Chine et l’Inde, les deux pays les plus peuplés du monde, qui sont aussi ceux dont la croissance est la plus forte (respectivement 8,7 % et 8,5 % d’augmentation du PIB annuel), n’ont aucune intention de tenir vraiment leurs engagements pris à la fameuse conférence de Copenhague, en décembre dernier. En clair, ces deux géants vont continuer à brûler tous les carburants fossiles à leur disposition, bois, pétrole et surtout charbon. Donc à polluer. Et les économies d’énergie dont l’Europe est la championne incontestée ne serviront à rien, vu les masses en jeu.

70 % de l’énergie consommée en Chine vient du charbon, qu’elle possède en abondance et qui est bon marché ; le pétrole fournit seulement 20 %. En Inde, le charbon représente 53 % et le pétrole 31 %. La Chine pèse un cinquième de la population mondiale, et l’Inde, presque autant. Si l’on tient à privilégier dans les calculs le fameux CO2, la Chine produit 20 % des rejets, et l’Inde 5 %. Toutes deux ont promis d’être raisonnables... mais pas tout de suite, l’objectif est en 2020. C’est ainsi que la première, qui produit déjà 13 000 mégawatts à partir de ses éoliennes (troisième rang mondial, après les États-Unis et l’Allemagne), va tâcher de faire mieux. Ça tombe bien, les citoyens chinois n’ont pas la possibilité de râler.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :