Sur un coin de table

Publié le par Yves-André Samère

Je comprends très bien que des tas de gens s’expriment par clichés, car cela dispense de réfléchir à ce qu’on dit. Que de temps gagné, c’est merveilleux !

Mais il y a une chose que je ne comprends pas, c’est ce cliché qu’on emploie si souvent, et qui consiste à dire que tel ouvrage a été fait « sur un coin de table ». Cela, pour faire entendre que ce travail a été bâclé. Par exemple, on l’a dit du plan des régions françaises que Hollande et Valls prévoyaient de réformer : il aurait été bricolé sur un coin de table, à l’Élysée. Et je l’entends dire sans arrêt pour des textes de chansons, pour des livres, pour tout ce que vous voudrez.

D’abord, je ne vois pas comment DEUX hommes pourraient s’installer ensemble sur un coin de table, il n’y a pas la place. Ensuite, j’ai voulu faire l’expérience, histoire de voir si cette pratique facilite vraiment la vie. Pas pour refaire la carte des régions de France, dont je me fiche un peu, mais pour écrire une simple lettre.

Eh bien, honnêtement, après m’être installé à la table de ma salle à manger, pas au milieu comme d’habitude, mais dans un coin, j’ai commencé par estimer que ce n’était pas vraiment confortable, car le coin de la table me rentrait dans les côtes, et c’était loin d’être une partie de plaisir. Mais la suite a été vraiment terrible, je n’ai pas été capable d’écrire une seule ligne.

Moralité : ne faites rien sur un coin de table, ça ne marche absolument pas !

(Et si, en outre, votre table est ronde...)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Que son auteur doit être un singe.
Répondre
G
Et que penser d'un livre écrit à quatre mains ?
Répondre