Tout augmente ? Non

Publié le par Yves-André Samère

Tout augmente, pense le bon peuple. Eh bien, pas tout à fait, il y a des choses dont le prix n’augmente pas, et même certaines pour lesquelles il diminue. Je ne parle pas de l’électronique, parce que cela n’a rien d’extraordinaire, la production de masse entraîne toujours une baisse des prix, et vous ne verrez jamais cela avec la baguette de pain !

Mais voyez les assurances. Bien sûr, chacun sait que c’est une caverne de voleurs, où l’on ne songe qu’à vous faire les poches, par exemple à la sinistre GMF, qui a tenté de m’arnaquer il y a quelques années. C’est pourtant une mutuelle, théoriquement. Je l’ai quittée, vous pensez bien, pour aller à la Matmut, parce que François Morel en avait dit du bien sur France Inter. Et je ne l’ai pas regretté. Eh bien, j’ai reçu une lettre hier de la Matmut, m’annonçant que, cette année, elle n’augmente pas ses tarifs, très raisonnables.

Et puis, lors du passage à l’euro qui a entraîné le séisme que vous savez dans les tarifs, un journal, un seul, a diminué son prix, et ne l’a pas modifié depuis. Il s’agit du « Canard enchaîné ». Précédemment, il se vendait pour huit francs. Après la transition, son prix est tombé à 1,20 euros, équivalant à 7,87 francs. Et il n’en a pas profité pour introduire dans ses pages de la publicité, qui reste prohibée depuis le début, en... 1914 ! Eh oui, « Le Canard » a un siècle. La diminution est donc d’un plus plus de un pour cent. C’est symbolique, mais quel autre journal en a-t-il fait autant ?

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :