Tristane Banon peut-elle caler des portes ?

Publié le par Yves-André Samère

Malek Chebel, philosophe et anthropologue des religions, vient aujourd’hui sur France Inter présenter son Dictionnaire amoureux de l’Algérie dans l’émission de cette pauvre Isabelle Giordano. Aussitôt le titre du livre énoncé par la passeuse de plats, l’une des animatrices, Tristane Banon, met son grain de sel dans la conversation : « Un dictionnaire, rien de réjouissant, ça évoque un pavé, qui sert surtout à caler les portes ».

Il est agréable, pour un écrivain, d’entendre son livre traité avec une telle considération. Ce qui est certain, c’est que le cerveau de Tristane Banon ne servira jamais à caler des portes. Une cale de porte, c’est un peu plus gros qu’un pois chiche, et c’est rarement un objet flasque et mou.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :