Tunisiens

Publié le par Yves-André Samère

Je me marre, et la raison qui me pousse à me marrer est une réflexion de Serge Quadruppani, honorable écrivain libertaire, que vous pourrez bientôt lire dans un nouveau journal à paraître début février. À propos de la conduite de Grenoble que les Tunisiens viennent en effet de proposer à leur tyran, il écrit ceci : « Un dicton marocain, complaisamment repris par les Algériens, assure que “le Marocain est un lion, l’Algérien un homme, le Tunisien une femme”. Plaisante baffe au machisme, le premier peuple du Maghreb à s’être débarrassé du clan rapace qui le saignait, c’est celui auquel les autres refusaient ces attributs virils censés contenir le courage ».

On ne saurait mieux dire, et sur ces modestes pages où je me plais à traîner dans la boue les idées reçues, les traditions idiotes et autres manifestations de cette sagesse populaire qui est plus souvent de la bêtise, j’aurais dû depuis longtemps aborder le sujet. Les Tunisiens sont le premier peuple, dans toute l’Afrique, qui ait chassé son tourmenteur. Autrement dit, l’Afrique du Nord n’est pas la seule à se retrouver ridiculisée par le plus petit et le moins peuplé des trois pays qui la composent. Notre cher fabuliste, Jean de La Fontaine, aurait composé là-dessus un petit poème à étudier en classe, j’imagine...

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :