Un journaux, des journals

Publié le par Yves-André Samère

La bourde ultra-classique, dans les radio-télés, voire dans les journaux écrits, c’est de parler desdits moyens d’information comme d’un média. Je sais bien qu’on n’apprend pas le latin dans les écoles de journalisme, mais tout de même, la rumeur publique aurait dû enseigner à ces cancres que le mot media (sans accent) est un PLURIEL, celui de medium. Dire « un média » équivaut à dire « un journaux ».

Eh bien, il y a quelques jours, sur notre radio hélas favorite, l’un des présentateurs vedettes préposé au journal de 19 heures, à propos de ce confrère assassiné par de courageux défenseurs de la foi islamique, a utilisé l’expression « Plusieurs médiums ». C’est l’excès inverse, donc.

Sans impatience, attendons le troisième épisode. Sur France Inter, ils ont des réserves inouïes d’inventivité.

(Je fais exprès d’écrire inouïes, vous vous en doutiez : nous n’avons pas encore tout entendu)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Ah, le choc des adverbes... On en ferait une saga.

Quant à « boni », Alain Rey va sûrement arranger tout ça.
Répondre
D
Il y a aussi "des bonus" au lieu de "boni". Mais je suppose que s'ils disaient "des boni", les 3/4 des auditeurs penseraient "and Clyde"...
Répondre
C
Dans la même veine, entendu sur France Inter il y a une ou deux semaines : « Et il a plutôt magistralement réussi. » Comprenne qui pourra.
Répondre