Un maire ? Une maire ?

Publié le par Yves-André Samère

Je l’écris depuis pas mal de temps, le dictionnaire Robert est très médiocre, en dépit de la vaste culture d’Alain Rey, qui le pilote. Mystère inexplicable : pourquoi considérer comme bonnes des définitions ou des prononciations défectueuses, sous le simple prétexte qu’une majorité d’utilisateurs font des fautes, et qu’on se conforme à la majorité ? Un article – Tous en épicène, en page 5 du « Canard enchaîné » de cette semaine – rapporte que le Robert admet le double genre, masculin et féminin, pour le nom maire, alors que l’Académie française, où l’on sait ce que parler français veut dire, le classe comme exclusivement masculin. Vous vous fichez probablement de mon avis, mais je me range à celui de l’Académie.

Toujours est-il que Paris, dans quelques semaines, aura un maire de sexe féminin, Anne Hidalgo ou Nathalie Kosciusko-Morizet. Devra-t-on parler alors de « Madame LE maire » ou de « Madame LA maire », je vous laisse le choix, mais, comme d’habitude, à ce grave problème, j’ai la solution !

Pourquoi, en effet, ne pas conserver les deux, en élisant la personne qui convient ? Je suggère par conséquent une candidate qui ne s’est pas déclarée, ce que je déplore. C’est une actrice, mais elle ne s’appelle pas Julie Gayet, car ce serait envoyer le bouchon un peu loin. Elle se prénomme Valérie, mais son nom n’est pas Trierweiler.

Je propose donc qu’en votant massivement pour elle, nous ayons à la fois un maire et une Mairesse !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :