Une nouvelle « chanteuse », Lana Del Rey

Publié le par Yves-André Samère

Une industrie qui ne connaît pas la crise – et je m’étonne que Sarkozy n’y ait pas songé –, c’est la fabrication de vedettes bidons ! Hier soir, sans le vouloir, j’en ai déniché une (une vedette, pas une industrie), et elle n’était pas piquée des vers.

En général, je ne regarde pas la seconde partie du Grand Journal, parce qu’elle est toujours consacrée à la pub d’une vedette quelconque, et que regarder cela, c’est une occupation dont le côté tarte n’échappe à personne. Mais, hier soir, j’avais quelques minutes entre le Petit Journal et Kamel le Magicien (qui ferait bien de cesser les débordements d’enthousiasme dont il est coutumier, car, avec le talent qu’il a, on n’a pas besoin d’en faire des tonnes). J’ai donc subi le numéro de chant de la vedette du jour, une certaine Lana Del Rey, dont je n’avais jamais entendu parler, et, après l’avoir ouïe chanter, j’ai compris pourquoi.

Cette fille a une vingtaine d’années, elle est plutôt jolie, mais, au lieu de faire mannequin comme tout le monde, ou bien du cinéma (mais elle a prétendu que ça ne l’intéressait pas, la menteuse), elle s’est lancée dans la chanson. Ou, pour être plus exact, un éditeur de disques a estimé qu’elle avait une tête à chanter – tout comme, naguère, l’éditrice Françoise Verny disait aux candidats à l’écriture : « Toi, mon petit, tu as une tête à écrire ! », et c’est ainsi que le petit Alexandre Jardin s’est mis à publier de mauvais romans et à faire de mauvais films (non, je ne sais pas si elle a lancé Marc Lévy).

Bref, on a fait enregistrer un disque à cette pauvre Lana, qui ne s’appellera jamais Turner, et c’est là que nous entrons dans le mystère le plus épais : la malheureuse chantait abominablement faux. Notez que cela n’a aucune importance, puisque, autour d’elle, tout le monde semblait très content de sa prestation, et que le public a manifesté son hystérie habituelle (le chauffeur de salles le fait répéter avant l’émission, et on prend soin de ne recruter que des sourds).

Mais enfin, il y a des précédents. Naguère, au Festival de Cannes, on avait pu entendre Jeanne Moreau chanter en duo avec Vanessa Paradis, et c’était pire, puisqu’elles étaient deux ! Pour comble, elles étaient accompagnées d’un guitariste, et comme les deux « chanteuses » avaient démarré dans des tonalités différentes, il n’avait jamais pu se décider. Si bien que, pour ne vexer ni l’une ni l’autre, il avait joué dans une troisième. Un diplomate.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Yves-André Samère 31/01/2012 20:48

Les fausses notes, rien de plus facile à corriger en studio. J’ai un logiciel, Cool Edit Pro, qui peut tout faire dans ce domaine, et c’est très simple à réaliser. Mais quand on chante en public et
en direct...

DOMINIQUE 31/01/2012 19:09

Cette jeune dame a fait un malheur sur le Net avec sa chanson "video games". Pas mal, comme chanson, avec un son plus trafiqué qu'autre chose (ce que l'on appelait dans le temps "réverbération"
entre autres). Et puis il y a eu une vidéo où elle se produisait en public pour une quelconque remise de récompenses comme seuls les américains savent le faire : une catastrophe. Figée, chantant
faux, rien de la voix profonde de son "tube internet".
La pauvrette a dit qu'elle ne chanterait plus si on continuait à l'embêter. Na.
Du coup elle a sorti un album dont elle fait la promo.