Vivement les imprimantes 3D !

Publié le par Yves-André Samère

Ce mercredi, télescopage dans ma petite cervelle de deux articles qui opposent deux points de vue. L’un, de Jean-Luc Porquet, intitulé Alerte, les Biltongs reviennent !, en page 5 du « Canard enchaîné » ; l’autre, sur le site de Rue89, de Laurent Chemla, intitulé Internet, ça change la vie ! Tant pis pour les élites, daté du 12 novembre, et que le rédacteur du « Canard » a lu, de toute évidence. Thème : les imprimantes 3D.

Vous avez bien lu, les imprimantes 3D existent, mais, au lieu d’imprimer des objets plats comme une affiche ou un journal, elles « impriment » des objets en relief, par superposition d’autant de couches de matière (mise en forme) que nécessaire. Autrement dit, elles feraient des photocopies d’objets réels ! Vous leur donnez les caractéristiques chiffrées de la Mercedes du voisin, et elles vous fabriquent une Mercedes identique (je caricature pour vous faire comprendre l’enjeu, qui serait alors énorme : plus besoin de se ruiner en achetant quoi que ce soit, et c’est la Chine qui serait ruinée). Le rédacteur du « Canard » est dans le camp des sceptiques, c’est peu dire, tandis que celui d’Internet (le site est la propriété du « Nouvel Observateur ») laisse aller son imagination. Lisez-le, vous ne perdrez pas votre temps.

Pour ma part, je me place entre les deux, comme si j’étais François Bayrou lui-même. Je sais bien que, dans leur stade actuel, les imprimantes 3D n’accomplissent qu’un travail basique et ne fabriquent guère que des objets rudimentaires ; encore faut-il leur fournir la matière première, puisqu’elles ne fabriqueront ni l’or ni les diamants nécessaires à ce collier somptueux que vous comptiez offrir à Rachida Dati lors de votre prochain week-end à la Mamounia de Marrakech. Je n’espère donc pas qu’un jour, je puisse me faire générer une paire de guibolles qui me permettent de battre à la course un athlète kényan, un visage qui incite Carlita à divorcer pour prendre un mari plus beau et surtout plus grand (à défaut d’être plus cultivé, puisque c’est impossible), ou des attributs virils qui fassent de moi un nouveau Daniel Morin.

Néanmoins, décréter d’emblée que tout ce qui est annoncé restera complètement et définitivement irréalisable, c’est réagir comme on le faisait il y a quelques dizaines d’années, lorsqu’on prétendait, par exemple, qu’aucun ordinateur ne saurait jamais concurrencer l’Homme et son brillant cerveau ; jusqu’à ce jour de 1979 où un ordinateur, à Monte-Carlo, a battu Luigi Villa, champion du monde de backgammon, avec le programme BKG 9.8 ; tandis que, plus tard, en mai 1997, le programme Deeper Blue battait le champion du monde d’échecs Garry Kasparov.

Bref, tout est possible, il suffit d’attendre. Après tout, même Kubrick et Clarke, avec tout leur génie, n’avaient pas prévu, en 1968 dans leur 2001, odyssée de l’espace, qu’un jour existeraient Internet et les téléphones mobiles !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Merci pour le renseignement. Je lirai « L’âge de diamant ».
Répondre
K
Une autre vision des imprimantes 3D , en fait des compilateurs de matière dans le livre de Stephenson,Neal-L’Age de Diamant(The Diamond Age)(1995). C'est un de mes livres favoris.
Dispo sur la TA.
Répondre
Y
Lu l’article sur http://yannickrumpala.wordpress.com/tag/impression-tridimensionnelle/

Il est en effet fouillé et veut en dire beaucoup. Mais ce n’est pas ma manière de faire, car je suis conscient de deux choses : un article très long est rarement lu jusqu’au bout, car la
lecture sur écran est pénible ; et un article exhaustif, surtout technique, bourré en outre de spéculations invérifiables, devient vite ennuyeux, et intéresse surtout les spécialistes.

Bref, si je me mettais à écrire de cette façon, c’est-à-dire si je me prenais au sérieux, je n’aurais pas entre cent et cent cinquante lecteurs par jour ! Ceux qui me lisent, je préfère qu’ils
se marrent en ma compagnie, si possible.
Répondre
Y
Ce livre fait partie des deux ou trois que je n’ai pas lus, mais je vais aller l’acheter à la FNAC ce matin. Ça m’évitera de mourir idiot.
Répondre
C
On peut effectivement tirer la réflexion dans des directions moins pessimistes et proposer d'autres arguments plus libérateurs. Voir par exemple une analyse plus fouillée :
http://yannickrumpala.wordpress.com/tag/impression-tridimensionnelle/
Répondre
D
J'ai beaucoup aimé l'article du Canard sur les Biltongs, livre que j'avais lu dans ma (lointaine) jeunesse. Vous savez, l'imprimante 3D existe en quelque sorte : les achats sur Internet.
Répondre