Vocabulaire dissolu

Publié le par Yves-André Samère

Marion Guilbaud fait office de casse-pieds dans l’émission de cette pauvre Isabelle Giordano : c’est elle qui choisit les disques et les chanteurs qui viennent nous polluer les pavillons auditifs cinq ou six fois par heure, en les faisant précéder d’une longue présentation sans doute parrainée par Gillette, célèbre fabricant de rasoirs.

J’oserai dire que madame Guilbaud, si elle connaît la musique, ignore les paroles. Aujourd’hui, discourant sur un club de ukulélé (si-si, ça existe !), elle nous a révélé que, malheureusement, ce club avait disparu, ayant été « dissolu ».

On commence à comprendre sur quel critère cette pauvre Isabelle Giordano recrute les animateurs de son émission : ils doivent être aussi fortiches qu’elle sur le maniement de la langue française !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Et d’une, nulle part je n’écris le moindre mot qui laisse entendre que je méprise cet instrument de musique. Et de deux, votre façon de vous exprimer est obscure : votre « mépris »
va-t-il au ukulélé, ou à moi ?
Répondre
O
Votre mépris pour le ukulele ne mérite que le mien en retour.
Répondre