Zidane contre Alévêque

Publié le par Yves-André Samère

Zidane a porté plainte contre Christophe Alévêque. Pas étonnant, l’humoriste l’avait traité de « pute » et de « con comme une bite » dans le magazine « SportMag ».

Je n’ai aucune admiration pour Zidane, car je me fiche du football comme de ma première paire de chaussettes, qui n’étaient pas montantes. Alévêque, en principe, je devrais être de son côté, mais en fait, pas du tout.

Non seulement Alévêque me fait rire modérément, mais ce que je vois et sais de lui ne me porte pas à la sympathie. D’abord, il a continué à sévir chez Ruquier, alors qu’il gagne très bien sa vie sur scène et n’a pas besoin de cela pour faire ses fins de mois. Ensuite, ce que presque personne ne sait, il a tenté de se faire embaucher par Stéphane Bern au moment où Didier Porte venait de se faire virer, l’année dernière : il guignait la place laissée libre. Bern l’a envoyé bouler !

Alors, se moquer de Zidane et de son intelligence rase-mottes ? Il y a beaucoup à dire sur Zidane et son âpreté au gain qui a fait de lui un homme-sandwich dans des spots télévisés où on ne le laisse pas dire un mot. Mais enfin, j’ai toujours trouvé odieux qu’on se moque de quelqu’un parce qu’il n’est pas intelligent. On peut railler un individu qui n’a rien fait pour se cultiver quand il en avait les moyens ; pas une personne qui est née stupide, car elle n’y est pour rien.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :