Beau style

Publié le par Yves-André Samère

Ils sont discrets, au « Canard » : quand ils changent de directeur, ils ne l’annoncent même pas : purge à la manière stalinienne ? Et c’est ainsi que Nicolas Brimo a remplacé Michel Gaillard...

Le rédacteur en chef, lui, n’a pas changé, et c’est dommage. Car ce poste est occupé par un médiocre styliste, Érik Emptaz, entré au journal en 1978, et dont les écrits ont le don d’endormir les lecteurs. Néanmoins, jusqu’à cette semaine, il maîtrisait la langue française, mais comme tout passe (et tout lasse), voici le début de son éditorial en première page du dernier numéro : « Pas plus de 80 km/h sur la route de la soie ! Ce n’est pas une route secondaire, mais celui qu’une partie des Chinois appellent « Emmanuel Makelong » [...] a choisi pour son premier voyage officiel en Chine de rouler piano ».

On comprend que celui désigne Macron, car c’est le seul nom au masculin de tout ce fatras, voyage étant logiquement exclu. Mais la suite – et surtout la fin – de la phrase est incompréhensible. Si quelqu’un a compris la structure de cette période pourtant relativement courte, il sera bien bon de m’en donner une version française !

(Sous-titres acceptés, même en mandarin)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :