Pain au chocolat contre chocolatine

Publié le par Yves-André Samère

La bataille fait rage, et, voici quelques jours, un parlementaire dont le nom m’échappe a interpellé le gouvernement afin qu’il intervienne, avant que la guerre éclate entre le sud-ouest et le reste de la France, vu que le pays est trop calme, en ce moment.

Non, il ne s’agit pas d’autonomie, encore moins d’indépendance, mais de savoir si on doit dire « chocolatine » ou « pain au chocolat » pour désigner cette pâtisserie ayant fait naguère la gloire de Jean-François Copé, au point qu’il a pu ramasser 0,5 % des voix à l’élection présidentielle, si je me souviens bien. Bref, les guerres picrocholines ne sont pas près de cesser.

Eh bien, je suis en mesure de trancher la question, comme Alexandre le Grand trancha le nœud gordien. Et j’indique que chocolatine serait historiquement plus indiqué. En effet, l’Aquitaine a longtemps été anglaise, or les Anglais désignaient ces pâtisseries par l’expression chocolate for teens (traduction : chocolat pour les gosses), qui, de contractions en déformations, serait devenue chocolatine.

Certes, ce verdict risque de déplaire à la majeure partie de nos compatriotes. Mais comme il va me valoir la sympathie de toute l’Aquitaine, il n’est pas impossible que je puisse un jour succéder à Alain Juppé. Mon rêve.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

C
Originaire du Sud-Ouest chocolatine déclenche chez moi un réflexe pavlovien voire proustien mais c'est d'autre chose dont je voulais vous entretenir, vous l'avez peut-être déjà évoqué mais je ne peux pas me targuer d'avoir lu tous vos nodules ayant pris le train en marche. Ce n'est pas hors sujet puisque c'est une question de vocabulaire, un peu, et d'état d'esprit, beaucoup : nos hommes politiques transgenres ont pour habitude, fâcheuse à mon goût, lorsqu'ils parlent de la France, de dire CE pays. Qui sont-ils pour se permettre cela, des Martiens ou peut-être des Jupitériens?
Répondre
Y
Je n’avais pas tiqué en entendant cette curieuse façon de s’exprimer. Néanmoins, elle semble indiquer qu’ils se jugent comme des êtres à part, et cela ne m’étonne pas, sachant combien ils s’estiment au-dessus de la populace tout en se prétendant à son service. On devrait peut-être prononcer la déchéance de leur nationalité ?
D
Vous avez déjà la mienne, étant originaire de cette région. Toute mon enfance, c'était donc "chocolatine".
Répondre
Y
Je le note, et voilà un début.