Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2205 articles avec humour

Une poupée qui dit oui

Je voudrais dissiper un malentendu. On a trop raconté que Franck Ribery, footballeur bien connu dans les milieux littéraires (on ne voit que lui au Flore et aux Deux-Magots), ne fréquentait la jeune Zahia Dehar que pour son corps. C’est faux ! Une émission...

Lire la suite

Marre de Beyonce !

Vous allez m’expliquer quelque chose. Une énigme. Un mystère insondable, plus énigmatique que le labyrinthe de The Shining ou la popularité de Frédéric Lopez. Vous allez m’expliquer pourquoi les humoristes des radios-télés s’acharnent à se payer la fiole...

Lire la suite

« Le Canard » quotidien ?

Moi, à un kiosque à journaux : – Bonjour, monsieur. Vous avez « Le Canard » ? – Non, ils sont en grève. – « Le Canard » est en grève ? Mais c’est la révolution ! – Non, seulement les quotidiens. J’apprends ainsi que « Le Canard enchaîné », qui est hebdomadaire...

Lire la suite

Rire sur France Inter - 11

Ayant réussi son émission d’été, Ferme la fenêtre pour les moustiques, Laurent Ruquier, devenu une valeur sûre pour France Inter, put lancer Rien à cirer à la rentrée de septembre 1991. Ce titre provocateur était dû à Édith Cresson, qui était Premier...

Lire la suite

Rire sur France Inter - 10

Avant d’être recruté par Claude Villers pour son Vrai-Faux Journal, Laurent Ruquier avait déjà travaillé à la radio et même à la télévision, sur Antenne 2, pour Jacques Martin, dans Ainsi font, font, font. Il y faisait équipe avec notamment Laurent Gerra,...

Lire la suite

Luchini, par lui-même

Fabrice Luchini est à la fois recherché et redouté par les animateurs des émissions de radio-télé. Recherché, parce qu’il rapporte énormément d’audience à ces émissions ; redouté, parce que, envahissant, intarissable comme le coiffeur qu’il a été avant...

Lire la suite

Rire sur France Inter - 9

Ce serait à vérifier, mais je crois qu’il n’y eut plus d’émissions de France Inter en public dans les années qui suivirent immédiatement la fin de Bienvenue au paradis. Claude Villers était pourtant toujours là, et, conteur né, voyageur impénitent, doté...

Lire la suite

Rire sur France Inter - 8

La fin du Tribunal des Flagrants Délires, en 1984, fut cahotique, avec la brouille entre Villers et Desproges, et les remplacements qu’il fallut opérer. C’est sans doute ce qui dégoûta Villers, lequel partit une deuxième fois de France Inter : on lui...

Lire la suite