« Boire en terrasse », nouvel héroïsme

Publié le par Yves-André Samère

Chers Français, chers Parisiens surtout, vous êtes ridicules. Lorsque la France était occupée, il vous arrivait de trouver les nazis « corrects », et vos gouvernants, de Pétain à ses ministres, devançaient les moindres désirs de l’occupant : Pétain avait promulgué les lois antijuives avant qu’on lui réclame quoi que ce soit, vérifiez les dates, et ce futur grand ami et protégé de Mitterrand, à savoir René Bousquet, après la rafle du Vel’ d’Hiv’, avait demandé aux nazis s’il fallait aussi leur livrer les enfants au-dessous de seize ans, ce qui avait bien embarrassé les Allemands qui ne les avaient pas ramassés (Hitler, consulté sur ce point, fit attendre sa réponse quatre semaines !). Résultat : plus de quatre mille enfants expédiés à Auschwitz, dont pas un n’est revenu. Comme dit plus tard Mitterrand, qui lui évita la condamnation en justice, « Bousquet avait rendu des services ». Authentique.

Malgré cela, il se trouvait des résistants pour faire sauter des trains et des ponts, et, à Paris même, le militant communiste Pierre Georges, âgé de vingt-deux ans et encore surnommé Frédo – le futur colonel Fabien – se fit un nom en exécutant un officier nazi dans le métro, en représailles de l’exécution de deux de ses camarades. Il n’a d’ailleurs pas été pris, et s’est fait sauter bêtement, comme un vulgaire djihadiste, trois ans plus tard, en manipulant une mine.

Aujourd’hui, changement de langage, vous ne dites plus que les terroristes sont corrects – en fait, ils sont pires que les nazis, lesquels ne filmaient pas égorgements et décapitations afin de servir leur propagande –, mais vos actes de résistance consistent à dire qu’il faut allumer des bougies sur la Place de la République et surtout « boire des verres en terrasse », expression que j’entends douze fois par jour. C’est la nouvelle façon de terroriser les terroristes, pour paraphraser feu Pasqua. Ils doivent bien rigoler, les terroristes.

Minable.

(Je vous invite à ne pas faire de raccourci. Je n’ai pas écrit que les nazis étaient corrects, mais que beaucoup, à l’époque, les jugeaient tels. Et même davantage, chez certaines femmes)

Publié dans Absurdités, Actualité

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 13/12/2015 13:04

Groland, aussi, s'est bien occupé des "terrasseux" !

Yves-André Samère 13/12/2015 13:14

Si ça pouvait les faire taire !

DOMINIQUE 12/12/2015 12:52

C'est surtout puéril. Et ça démange de faire exploser un pétard de foire dans la rue, devant une de ces terrasses. Je me demande même si juste faire exploser un sac en papier gonflé, comme on le faisait enfants ne serait pas suffisant.
Mais je suis mauvaise langue.

Yves-André Samère 12/12/2015 14:10

Je pense toujours à Michel Denisot, qui présentait le Grand Journal au Festival de Cannes, cette année où ensuite il a été viré. Un fou avait déboulé sur le plateau pendant l’émission, et avait tiré deux coups de feu en l’air, avec un pistolet d’alarme. Le cher Denisot avait aussitôt plongé sous la table. Yann Barthès avait eu le sadisme, bien plus tard, de l’inviter au Petit Journal, et il lui avait passé l’enregistrement. L’autre riait jaune...