Lénine et Staline

Publié le par Yves-André Samère

Difficile d’imaginer deux individus plus différents que Lénine et Staline. Le premier était un bourgeois, il avait beaucoup lu, notamment Karl Marx, et il était un théoricien de la révolution prolétarienne, ce qui l’amena à la tête de la Russie communiste. Le second avait commencé comme séminariste, puis il était devenu gangster, avant de prendre parti pour le bolchévisme, et de devenir l’homme de main de Lénine.

C’est bien Lénine qui, ayant pris Marx au sérieux, s’était mis en tête que la révolution qu’il visait ne pouvait se faire que par l’intermédiaire du prolétariat. Or il n’y avait guère de prolétaires en Russie, qui était un pays essentiellement agricole. Solution : transformer les paysans en ouvriers ! Naturellement, ceux-ci ne voulaient rien savoir, aussi Lénine imagina-t-il les grands moyens : confisquer ou détruire les récoltes, afin d’obliger ces sales bouseux à quitter leur terre pour aller travailler en ville.

Hélas (pour lui), Lénine mourut assez vite, dès 1924, et ce fut Staline qui se chargea d’exécuter ce merveilleux plan. Résultat : trois millions de victimes, mortes de faim. Mais la propagande était telle que Staline demeura dans les esprits – notamment en France, le pays où est née l’intelligence – « le petit père des peuples ». Et, à sa mort, il fut mis au tombeau sur la Place Rouge, à côté du corps de Lénine. Il fallut attendre Krouchtchev et les révélations qu’il fit au vingtième Congrès du PC soviétique, en 1956, pour que Staline fût ramené à ce qu’il était : un dictateur et un épouvantable assassin. Du coup, on retira son corps du fameux tombeau.

Mais Staline fit pis, d’un point de vue communiste : on a de sérieuses raisons de penser qu’il a fait assassiner Lénine ! Mais cela, je vous le raconterai une autre fois.

Publié dans Histoire, Politique

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :