Permutation aux Oscars

Publié le par Yves-André Samère

Qui prétendait que la cérémonie des Oscars était (presque) aussi ennuyeuse que celle des Césars ? Cette nuit, au contraire, on a bien rigolé, à Los Angeles, et les Français sont loin de se révéler aussi inventifs.

Au moment de proclamer le titulaire du meilleur film, que devait annoncer Warren Beatty, et alors qu’il hésitait on ne sait trop pourquoi, sa coéquipière Faye Dunaway lui a ôté des mains l’enveloppe contenant le résultat et annoncé que La La land a gagné. Et aussitôt ont commencé les discours de ceux qui remerciaient le jury d’avoir couronné le meilleur film depuis que l’Homme a marché sur la Lune. Hélas, quelques instants plus tard, le coproducteur dudit film surgit, avoue que son équipe... a perdu, et que le film vainqueur est Moonlight ! Bien meilleur que La La land, soit dit en passant. Gag qui aurait rendu jaloux les Marx Brothers.

La question qui se pose est alors celle-ci : qu’est-ce qui a pris à Faye Dunaway de lire un titre qui n’était PAS inscrit sur le bulletin ?

Mon avis est celui-ci, et je m’adresse directement à la blonde enfant : « Faye, change tes verres de contact ! ». Déjà, en 1974, lors du tournage de Chinatown que mettait en scène un célèbre et futur violeur de gamines, elle avait réclamé de quoi boire, et le mufle lui avait tendu un gobelet dans lequel... il s’était vidé la vessie. Elle y avait trempé ses lèvres avant de comprendre que son réalisateur était doté de l’esprit le plus fin et de la bienveillance la plus active, preuve aussi que son propre odorat était aussi aiguisé que son jugement. Selon un autre témoin, c’est ce réalisateur, dont le nom m’échappe comme lui s’est échappé du pénitencier dont il était l’hôte, qui l’aurait empêchée, elle, de faire un passage aux toilettes parce qu’il voulait terminer une scène. Elle aurait alors évacué le trop-plein dans un gobelet et le lui aurait jeté à la figure.

(De là doit venir la mode du golden shower, chère au président de ce pays que nous admirons tous)

Quand je vous dis que, dans ce milieu, on s’adore !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Cyril 27/02/2017 22:10

En fait, le titre du film était bien inscrit sur le bulletin, mais pour la mauvaise catégorie : meilleure actrice ! Les enveloppes avaient été interverties...
Warren Beatty hésitait à juste titre car il a dû soupçonner la bourde.

Yves-André Samère 27/02/2017 22:48

Je n’ai pas compris, mais ça m’apprendra à faire des études.

Yves-André Samère 27/02/2017 22:46

Je sais, mais il faut bien romancer un peu. La vérité est tellement terne.

(Et puis, Emma Stone meilleure actrice, alors que la mine lugubre qu’elle affiche constamment flanque le film en l’air, il faut avoir la santé)