Décorons Nafissatou Diallo !

Publié le par Yves-André Samère

Tous comptes faits, la gauche autant que la droite, en France, doivent une fière chandelle à cette pauvre Nafissatou Diallo. S’il y a une justice, on devrait l’inviter chez nous, et, qui sait ? lui donner la Légion d’Honneur. Après tout, elle n’est pas moins fréquentable que naguère Kadhafi.

Imaginez plutôt qu’elle n’ait pas fait son service au Sofitel le fameux matin où Strauss-Kahn s’était levé d’humeur folâtre. Il ne se serait rien passé, DSK aurait été candidat à l’élection présidentielle, et il y a gros à parier qu’il aurait été élu. Après cela, et comme il est impossible de croire que le satyre de la Place des Vosges aurait renoncé à ses instincts primaires, on aurait eu bientôt à la fois un scandale de plus – mais là, nous sommes blasés –, mais surtout, un président de la République intouchable, en vertu du statut voté autrefois pour protéger Chirac… et ses successeurs.

Le petit incident de la suite du Sofitel a éliminé le candidat le plus dangereux pour Sarkozy – merci à droite – et le ridicule, au Parti Socialiste, de se choisir un chef aussi voyant et encombrant – merci à gauche. Vous le voyez bien, qu’il faut « la » décorer.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
<br /> Bien vu ! Avec cette histoire du Carlton et de "dodo la saumure" (je ne m'en lasse pas), si DSK avait été président, ou simplement candidat, Berlusconi aurait fait figure de pâle enfant de chœur...<br /> <br /> <br />
Répondre