Gérard Philipe vendait du cuir

Publié le par Yves-André Samère

Pardon pour ce titre saugrenu. Seuls n’y trouveront rien à redire ceux qui : 1. ignorent ce qu’est un « cuir », et 2. ignorent qui était Gérard Philipe. Pour les autres, ceux qui n’ont pas la boîte crânienne remplie de sciure de bois, voici l’explication à laquelle ils ont droit.

Un cuir, c’est une faute de prononciation, consistant à faire une liaison qui ne peut pas exister. On qualifie souvent cela de « liaison mal-t-à propos ». Quant à Gérard Philipe, cet acteur a été si célèbre qu’en comparaison, Alain Delon et Brad Pitt font figure d’amateurs pas doués. Je précise, quoique cela n’a rien à voir ici, qu’il était très à gauche et qu’il a, je crois, présidé le syndicat CGT des acteurs. Donc, un monument de respectabilité, et tout acteur le vénère comme il se doit (sauf Michel Simon, qui le détestait).

Mais vous connaissez mon petit côté qui ne respecte rien, et savez que je me suis déjà payé la tête d’acteurs qui ne voient rien à reprocher aux dialogues qu’on leur donne à dire. Par exemple, cette pauvre Isabelle Huppert proférant un « Tu te rappelles DE ça ? Il se rappelle DE ça ! » dans Les sœurs fâchées, film d’une réalisatrice débutante. Eh bien, j’ai pris en flagrant délit, si l’on peut dire puisque c’est avec un léger retard d’un peu plus de soixante ans, le cher Gérard Philipe commettant un cuir, et, qui plus est, dans un film célèbre d’un réalisateur illustre.

Le film, c’était La ronde, et le réalisateur, Max Ophüls. Pas moinsse. Et dans ce film, on entend Gérard Philipe dire ceci, que je garantis à la lettre près : « Ceux qui croient z-à l’amour trouvent toujours une femme pour les aimer ».

Personne ne s’en est aperçu ! Ni l’acteur, ni le réalisateur, ni le preneur de son, ni qui que ce soit sur le plateau du tournage. J’en rigole encore.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :