Haro sur le... bouc émissaire !

Publié le par Yves-André Samère

Pour tout le monde, j’espère, il est évident que Jérôme Kerviel, condamné à cinq ans de prison dont trois fermes, a servi de bouc émissaire. Et rappelons au passage que ces cinq milliards ou presque, il ne les a pas empochés, il les a fait perdre à la Société Générale par ses manipulations hasardeuses, ce qu’il a reconnu.

Il n’est pas moins vrai que ses chefs étaient au courant de ses opérations, et qu’ils l’ont laissé faire tant que cela leur rapportait de l’argent. Ce dont ils se plaignent, ce n’est pas de l’irrégularité du travail de leur employé, c’est seulement que la chose ait mal tourné... pour eux !

Je ne dis pas que Kerviel devrait recevoir la Légion d’Honneur (quoique l’honorable monsieur Woerth serait tout désigné pour la lui remettre), mais ses « pauvres victimes », c’est elles qui devraient se retrouver derrière des barreaux.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y

C’est bien ce que j’ai voulu dire. Dans n’importe quelle organisation humaine, le chef est considéré comme responsable de ce que font ses subordonnés, sauf s’il leur a donné un ordre express de ne
pas faire telle ou telle chose et qu’ils ont désobéi. Si nul n’a ordonné à Kerviel d’arrêter ses manipulations, il doit automatiquement voir sa responsabilité partagée. On comprend mal comment le
tribunal a pu considérer que la responsabilité du désastre lui incombait exclusivement. Ce verdict ne tient pas. On espère que la cour d’appel aura davantage de bon sens.


Répondre
D

La SG aurait dû être condamnée au moins pour négligence grave ou un truc de ce genre. Un système de gestion quel qu'il soit, capable de générer un trou de 5 milliards d'Euros, est un système
défaillant. Donc la SG est directement responsable puisque c'est elle qui l'a mis en place. Que Kerviel ait dissimulé, fait des faux, ne change rien : le système était défaillant puisqu'il a trouvé
le moyen de le contourner.
Le premier lampiste que j'ai connu, c'est le chef des pompiers de Feyzin, lors de l'incendie de la raffinerie dans les années 60. Il est revenu de congés en apprenant le désastre, et a dirigé les
opérations. Résultat, lors du procès en responsabilité, il a été le seul reconnu coupable(mauvaise direction des opérations, retard dans la coupure de l'autoroute, etc.). Il aurait mieux fait de
rester en congés, celui-là.


Répondre