Honneur à Guy Fawkes !

Publié le par Yves-André Samère

Je connais Guy Fawkes depuis pas mal d’années. Vous me direz que cela ne m’engage à rien, puisqu’il est mort en 1606 ! Il n’empêche que ce gars-là m’est plutôt sympathique. Ce catholique anglais, ce qui est déjà original quand on ne s’appelle pas Tony Blair, avait monté un complot visant à faire sauter la Chambre des Lords, au Parlement, situé dans le palais de Westminster, histoire de protester contre la politique du roi James Ier en matière de religion. Mais il n’eut pas le temps de mettre en œuvre ce qu’on a surnommé la « Conspiration des poudres », et il fut arrêté, torturé, jugé, condamné à la pendaison, puis exécuté. Détail curieux, les Britanniques ont conservé de lui le meilleur souvenir possible (alors que nous commémorons peu Ravaillac), puisqu’ils fêtent chaque année, le 5 novembre au soir, l’anniversaire de son arrestation : c’est la Guy Fawkes Night, au cours de laquelle on allume des feux de joie et on tire des feux d’artifice !

C’est dans un roman policier que j’ai découvert Guy Fawkes. Il était dû à un certain Jeremy York, datait de 1959, s’intitulait Graines de meurtre (en anglais, Seeds of murder), et racontait l’histoire d’un type qui voulait faire commettre un assassinat par un enfant, en lui bourrant le crâne. J’ai perdu ce livre depuis longtemps, mais j’ai réussi à en dénicher sur Internet un autre exemplaire en français, que j’ai commandé. Entre-temps, j’ai oublié comment l’histoire de Guy Fawkes s’intégrait à ce roman, mais je crois que l’assassinat devait être commis durant les festivités de la Guy Fawkes Night.

Guy Fawkes, ou plutôt l’idée de son complot, est également présent dans un film d’anticipation politique intitulé V for vendetta, avec Natalie Portman, et qui date de 2006. On y voit, dans la séquence finale, sauter le palais de Westminster, à la grande joie du peuple de Londres, soumis à la dictature d’un Grand Chancelier nommé Adam Sutler (sic). Or, sans que rien l’explique, j’ai eu l’envie subite, hier soir, de revoir en DVD ce film que je n’avais vu qu’en salle au moment de sa sortie. Hier soir... Or, hier soir, nous étions le 5 novembre, et je n’en avais aucune conscience, puisque je me fiche royalement du calendrier !

C’est curieux, le hasard, parfois. Et non, je ne crois pas à l’inconscient.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y

Hollywodien, hollywoodien, il faut le dire vite. Le film est une co-production entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, et a été tourné en extérieurs à Londres, ainsi qu’aux studios
de Babelsberg. Rien n’a été filmé à Hollywood. Pour ce qui est du scénario, Alan Moore, qui passe son temps à désavouer les adaptations qu’on fait de ses histoires (il l’a fait à trois reprises),
aurait pu commencer par ne pas vendre les droits au cinéma.

Cela dit, d’une part, je m’interdis de faire de la critique de film ici (et même d’en discuter ailleurs), et d’autre part, le film en question n’était pas l’objet de ma petite note, qui visait
uniquement le hasard m’ayant incité à revoir un 5 novembre un film qui parle de Guy Fawkes.


Répondre
L

Et l'inconscient mon cher Y A S ? et la synchronicité de jung ?


Répondre