Richelieu sur France 3

Publié le par Yves-André Samère

Couvert d’éloges par avance, le téléfilm Richelieu, la pourpre et le sang, diffusé hier soir sur France 3, ne valait pas grand-chose, en fait, et son réalisateur Henri Helman, comme la presque totalité des scénaristes-dialoguistes français, ne s’est pas documenté. Il a donc fait du mauvais Alexandre Dumas : récit caricatural, dialogues absurdes, interprétation à côté de la plaque, et... costumes ridicules, surtout celui de Richelieu, qui semblait sortir d’une réserve de fringues chez Madame Arthur. Ne parlons pas de l’intrigue, qui réduisait tout à une aventure à trois entre le cardinal, jaloux de l’amour que Louis XIII (très mal incarné par un acteur qui ne convenait pas) portait au jeune Cinq-Mars, et ces deux derniers personnages. Balayé, tout le reste ! J’ai lu le Cinq-Mars d’Alfred de Vigny, il ne me semble pas que l’histoire était aussi simpliste.

Autre chose, tout ici se passait entre membres de l’aristocratie, c’est-à-dire entre personnages soucieux de l’étiquette, et qui jamais ne commettraient les erreurs de dialogues qui surabondaient dans ce festival de galimatias. Aucun noble de cette époque n’aurait ignoré que :

- on s’adresse directement au roi en lui disant « Sire », et rien d’autre. Pas de « Majesté », par conséquent, ce terme désignant une qualité attachée à la fonction royale, mais certes pas sa personne ;

- on s’adresse à la reine en lui disant « Madame », et rien d’autre ;

- on s’adresse à un cardinal en lui disant « Monseigneur » ou « Monsieur le cardinal », et rien d’autre – surtout pas « Éminence » ;

- on donne également du « Monseigneur » à un prince, ou, si on le connaît bien, en lui disant simplement « Prince » ;

- on s’adresse à un duc, un comte, un marquis ou un baron en leur donnant ce titre, éventuellement précédé de « Monsieur » si on ne les connaît pas bien.

Enfin, au début du film, on voit Richelieu signer un papier, ainsi : « de Richelieu ». Grotesque. Jamais un noble n’aurait signé de son nom de terre précédé de la particule seule, car la particule ne fait pas partie du nom. Richelieu aurait eu le choix entre :

- Richelieu ;

- Cardinal de Richelieu ;

- Armand Jean du Plessis ;

- Armand Jean du Plessis de Richelieu.

N’est-ce pas étrange, que les auteurs français fassent parler des personnages dont ils ignorent le mode de vie et le langage ? Pourquoi pas mettre du verlan dans la bouche de madame de Sévigné, ou de la poésie dans celle de Sarkozy ?

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
J’avais fait, il y a longtemps, un article sur d’Artagnan, qui relevait de la même exception. Évidemment, je prenais la chose à la blague.
Répondre
D
On n'utilise la particule devant le nom que s'il est précédé du prénom, de monsieur, madame, etc. ou de "famille". Tout seul, on ne l'emploie pas.<br /> Mais mais mais. Elle est quand même utilisée devant : un nom ne comportant qu'une syllabe, un nom commençant par une voyelle (d'Ormesson) ou un H muet, et si la particule est un "du" (du Château).<br /> Autrement dit, sans exceptions, une règle serait fade.<br /> En tout cas, jamais Richelieu n'aurait signé "de Richelieu". Erreur grossière digne d'amateurs.
Répondre
Y
Attention, « Sir » s’utilise au Royaume-Uni, pas aux États-Unis. Il doit OBLIGATOIREMENT être suivi du prénom. On ne dit pas « Sir Churchill », par exemple, mais « Sir<br /> Winston ».
Répondre
C
Il est vrai qu'on dit Mr. XXX aux Etats-Unis (mais je ne sais pas si la nuance est la meme que chez nous) ou alors "Sir" tout court.<br /> PS : "nobiliaire" bien sur, merci de ne pas avoir releve la faute de frappe...
Répondre
Y
Le « Monsieur Untel » nous vient tout droit des États-Unis. Dans son livre « Comment se faire des amis », Dale Carnegie conseillait en effet d’appeler les gens par leur nom.<br /> Malheureusement, en France, on l’a pris au mot ! Ce que c’est que de singer en tout les Yankees... Aujourd’hui, nous mangeons comme eux, un comble.
Répondre
C
Combien de "Monsieur Untel" en voulant paraitre poli mais en parlant en fait comme si on s'adressait a un subalterne, combien de particules nobilaires "de" mis a tort et a raison devant les noms.<br /> Les gens ne savent plus s'adresser aux uns et aux autres de nos jours, alors qu'attendre d'une reconstitution d'une epoque ou les usages etaient plus compliques encore...
Répondre