Rire sur France Inter - 9

Publié le par Yves-André Samère

Ce serait à vérifier, mais je crois qu’il n’y eut plus d’émissions de France Inter en public dans les années qui suivirent immédiatement la fin de Bienvenue au paradis. Claude Villers était pourtant toujours là, et, conteur né, voyageur impénitent, doté d’une voix harmonieuse qu’il prêtait volontiers au cinéma documentaire, Villers restait aussi un véritable créateur. Aussi, en 1990, créa-t-il une nouvelle émission satirique, Le Vrai-Faux Journal, car il ne croyait pas plus à ses confrères journalistes que votre (très humble serviteur). Ils furent donc sa cible, toujours sur le créneau horaire le plus écouté, entre midi et midi quarante-cinq.

Sous couleur de faire un journal radiophonique, l’actualité y était sérieusement malmenée, et les chers confrères journalistes copieusement raillés, à commencer par Jean-Luc Hees, futur directeur de la station, alors tête de Turc attitrée, dont le nom suscita des centaines de calembours quotidiens et volontairement débiles. Villers y avait notamment son billet du jour, « L’Éditorial d’Ivan Dubaï » – allusion à une autre vache sacrée, Ivan Levaï, alors directeur de la rédaction –, et il y était féroce.

L’émission n’était pas publique, elle avait lieu en direct dans le studio 154. L’équipe est ICI, et remettait à l’honneur les imitateurs, avec Pascal Brunner (les imitateurs restèrent à l’antenne jusqu’en février 2000). Isabelle Motrot, qui suivait Villers depuis Pacific FM, faisait encore partie de l’équipe, qui comptait quelques nouveaux, dont Laurent Ruquier, Virginie Lemoine, et quelques jeunes gens talentueux, dont Laurent Tastet, ainsi que, donc, l’imitateur Pascal Brunner. Elle dura deux ans, cette fois.

Hélas, même l’INA ignore l’existence de ces enregistrements ! On n’y trouve qu’une interview, le 12 juin 1991, par Patricia Martin, de Laurent Ruquier et Pascal Brunner.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :