Scénaristes français : incompétents !

Publié le par Yves-André Samère

Je ne suis pas indulgent à l’égard des scénaristes français (pas tous), qui bâclent leur travail et ne se documentent pas sur les lieux, les milieux ou les évènements qu’ils sont censés utiliser pour leurs histoires. Ainsi, hier soir, j’ai regardé sur France 5 un téléfilm de 2008 intitulé Le septième juré, avec Jean-Pierre Darroussin. L’acteur joue le rôle d’un homme qui a tué une fille, laquelle ne voulait se laisser violer. Or un autre est arrêté, et, par un de ces hasards qui ne se voient qu’au cinéma ou à la télé, on recrute le véritable meurtrier pour être juré dans le procès du malheureux, qui sera condamné à mort. Bourrelé de remords, le véritable meurtrier se suicide alors par pendaison.

Cette histoire, tirée d’un livre de Francis Didelot que je n’ai pas lu, portant le même titre et publié en 1958, a été adaptée pour la télé par Didier Le Pêcheur, qui est probablement responsable des erreurs énormes que j’ai relevées, et qui, toutes, concernent la guerre d’Algérie. D’ailleurs, le présentateur de France 5 est tombé dans le même travers, puisqu’il a présenté l’histoire comme se déroulant « en pleine guerre d’Algérie ».

Or les dialogues du film contredisent cela. En effet, la première image est un titre qui annonce « 7 juillet 1962 ». Mais, au fil du récit, on entend des déclarations comme celles-ci (je cite approximativement) : « Qu’on le signe, ce cessez-le-feu, qu’est-ce que ça changera ? », ou « Il peut bien le faire, De Gaulle, son référendum, qu’est-ce que ça changera ? », ou « Qu’on la leur donne, leur indépendance, et qu’ils se débrouillent ! », ou enfin, de la part d’un jeune homme que sa mère veut faire pistonner pour qu’il n’aille pas faire son service militaire, « Tu es comme toutes les mères, tu ne veux pas que ton fils ailler se faire tuer en Algérie ! ».

Je regrette, mais rien ne tient debout. Si l’histoire, avec le meurtre de la fille, commence le 7 juillet 1962, le cessez-le-feu a été signé depuis trois mois et demi (19 mars), le référendum a eu lieu depuis trois mois (8 avril), l’Indépendance de l’Algérie est effective depuis le 5 juillet, et plus aucun jeune Français n’est envoyé faire son service militaire en Algérie, puisque, au contraire, on commence à rapatrier en France ceux qui y sont déjà !

Toutes ces erreurs sont donc à mettre au compte du scénariste. Mais personne, dans l’équipe du film, n’a vérifié quoi que ce soit ? On peut dire bien du mal d’Hollywood, mais, là-bas, les gens de cinéma sont un peu plus professionnels !

Patience, un de ces jours, un scénariste français va bien situer la prise de la Bastille durant la nuit de Noël...

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :