Horreur ! Horreur ? Erreur !

Publié le par Yves-André Samère

J’ai souvent dit qu’ici, je ne parlerai pas de cinéma, bien qu’avec les livres et la musique, il se trouve au centre de ma vie. Or je le fais ailleurs, et d’un point de vue assez différent de celui des critiques ayant pignon sur rue. Je ne prétends pas faire mieux qu’eux, mais je m’y prends autrement, car ces braves gens semblent ignorer l’existence du public, lequel, comme l’a dit un jour Henri Jeanson, qui fut le meilleur scénariste-dialoguiste français (mais non, ce n’était PAS Michel Audiard), est visiblement de trop !

En revanche, je ne me suis pas engagé à ne pas commenter la manière dont les médias parlent de cinéma ! Et justement aujourd’hui, on nous a informés de la mort de Wes Craven, cinéaste hollywoodien et vieux routier de la caméra, qui filmait très bien, mais dont on n’a cessé de radoter qu’il faisait des films d’horreur – comme s’il n’avait fait que cela. Cette erreur (voulue ?) me rappelle que, lors de la mort récente du grand Christopher Lee, on n’a cessé de dire qu’il avait joué toute sa vie le personnage de Dracula, alors qu’ayant à son actif... 278 films, record sans doute absolu dans la profession, il n’a incarné le célèbre vampire que dans dix films, à une certaine époque depuis longtemps révolue, et qu’il a joué Fu Manchu cinq fois, Sherlock Holmes trois fois, Mycroft Holmes (le frère de Sherlock) une fois, et Sir Henry Baskerville (dans Le chien des Baskerville, une autre aventure de Sherlock, rediffusée récemment à la télévision) une fois. À part cela, il est apparu dans trois James Bond et dans l’épisode 2 de Star wars.

Wes Craven, c’est pareil, il a réalisé quelques films d’horreur, je ne dis pas le contraire, mais... les quatre épisodes de Scream que les radio-télés ont présentés comme tels ne sont nullement des films d’horreur, mais des parodies de films d’horreur, qui se moquent énormément des procédés employés dans les vrais films d’horreur, en les caricaturant. Et on y riait beaucoup.

Et voilà comment les médias confondent un genre avec sa parodie ou son pastiche. Le jour où l’on tournera un film d’après Le lutrin de Boileau, vous verrez qu’on le présentera comme un film historique sur les dissensions au sein de l’Église catholique ! Je me délecterais aussi de ce qu’on dirait si quelqu’un filmait La parodie du “Cid”, d’Edmond Brua (la pièce de Corneille, mais traduite en patahouète, le langage des Français d’Algérie). Voyez plutôt comme, aujourd’hui, ils ont pris au sérieux la disparition probablement bidon du « Gorafi », qui n’est qu’un coup de publicité !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 01/09/2015 12:33

Justement, et cela n'a rien à voir avec les films d'horreur parodiques ou non. Il s'agit de l'Inspecteur Harry. Ces films m'ont toujours fait sourire, tellement ils étaient exagérés dans le genre film policier. Limite parodiques (là je rejoins le sujet). Mais les critiques, notamment Télérama, les ont pris tellement au sérieux que je doute de mon jugement.
Suis-je normale, docteur ?

Yves-André Samère 01/09/2015 12:52

C’est plutôt « Télérama » qu’il ne faut pas prendre au sérieux ! Comme tous les journaux qui publient de la critique psy. Je m’obstine à tenter d’expliquer pour quelles raisons le public réagit comme il le fait. Et je sais très bien que les bons réalisateurs pensent aussi de cette façon, j’ai lu des centaines d’interviews des grands maîtres. Hitchcock, qui était le plus doué, faisait des films POUR le public, il l’a dit et répété.

Julien 01/09/2015 11:54

Après, tu as le courant des films Gore, qui allie horreur et comédie, mais ne parodie pas. Brain dead de Peter Jackson, notamment, un chef d'oeuvre du genre.

Yves-André Samère 02/09/2015 19:25

Je ne regarde jamais les versions doublées, sauf dans le cas du film de Visconti, « Le guépard », pour une raison évidente : il n’existe pas de version originale.

Julien 02/09/2015 15:55

A voir, à voir, à voir ! La VF est poilante mais fidèle, la VO, assez dure à suivre, accent néo-zélandais oblige.

Yves-André Samère 01/09/2015 12:03

Je n’ai pas vu le film de Peter Jackson, qui d’ailleurs s’appelle « Braindead » en un seul mot, ce pourquoi je ne le trouvais pas. Eh oui, il existe des films que je ne vois pas (en dehors de ceux de Kechiche et de Tarantino) ! C’est stupéfiant.

jrouj 01/09/2015 08:49

Très difficile de reconnaître la parodie de " l'authentique " ... pour les " films d'horreur " j'y arrive !! mais pour le J.T. je suis dubitatif ...!!
Je ne refuse pas les conseils ! qui est le vrai ? qui est le parodique ?
Je sais bien qu'un politique s'appelait Parodi ( Alexandre ) mais pour lui je penche pour le vrai !

Yves-André Samère 01/09/2015 10:33

La parodie se révèle dans l’exagération, et aussi dans l’énonciation des procédés qu’on VA utiliser. Par exemple, dans « Scream », on commence par railler, dans le dialogue, ces filles qui, dès qu’un danger surgit chez elles, se précipitent à l’étage au-dessus – se coupant ainsi toute retraite. Mais, dans la scène suivante, c’est précisément ce que fait la fille à qui on a dit ça ! Le public n’est pas dupe, il est même complice et se marre. Je n’ai jamais vu une réaction de peur chez les spectateurs, ils ont tous compris la raillerie.