Sur Arte : le crâne de Piltdown

Publié le par Yves-André Samère

Hier soir a été diffusé sur Arte un documentaire très intéressant, qui décortiquait une affaire fameuse en paléontologie : celle du crâne de Piltdown. Elle implique l’archéologue Charles Dawson, le scientifique Pierre Teilhard de Chardin, et l’illustre écrivain Sir Arthur Conan Doyle. Rien que du beau linge, par conséquent.

Piltdown est un site à soixante kilomètres au sud de Londres, où, en 1912, Dawson découvrit un crâne d’hominidé, dont il assura qu’il remontait « à l’aube de l’humanité » – comme au début du film de Kubrick 2001: a space Odyssey. Il l’avait baptisé Eoanthropus, et prétendait que c’était le fameux « chaînon manquant » entre le singe et l’homme.

(Ici, une simple remarque : la notion de chaînon manquant entre singe et homme est antiscientifique ! Sachant que, contrairement à ce que croient les ignares, l’homme ne descend PAS du singe, puisque l’un et l’autre se contentent d’avoir un ancêtre commun, imaginer un chaînon entre l’un et l’autre reviendrait à dire que vous « descendez » de votre cousin ! Et cette trop fameuse image est ridicule, lisez l’article entier où elle figure)

Toujours est-il que beaucoup crurent à l’authenticité de cette découverte, dont Arthur Smith Woodward, du British Museum, alors que d’autres la mirent en doute, comme le paléontologue français Marcellin Boule, qui flaira la supercherie. Mais, en 1913, c’est Teilhard de Chardin qui trouva au même endroit une mâchoire ressemblant beaucoup à celle du crâne de Piltdown. Confirmation d’une découverte capitale ?

Mais il en fut du crâne de Piltdown comme du linceul de Turin : en 1959, la datation par le carbone 14 flanqua tout par terre ! Le crâne et la mâchoire n’avait que cinq cents ans d’âge, les dents, qui venaient d’un orang-outan, en avaient été limées, et l’ensemble avait été vieilli au moyen de divers colorants. Par lequel de ces divers personnages ? On ne l’a jamais su ! Était-ce ce fardeur de Conan Doyle, qui habitait près de Piltdown et connaissait Dawson ?

Mais du fait qu’un paléontologue se fut prêté à une telle supercherie apporta de l’eau au moulin des créationnistes, ceux qui croient que tout a été créé par Dieu en une semaine : puisque un partisan de l’évolution peut tricher ainsi pour conforter la thèse aujourd’hui universellement admise, cela prouvait, hurlèrent-ils, que l’évolution darwinienne était une imposture.

Finalement, la plaisanterie n’était pas si bonne.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Langlois 24/05/2016 23:39

j'ai moi aussi regardé ce documentaire sur l'homme de Piltdown : Mais contrairement à vous je n'ai pas vu que les auteurs mentionnaient le rôle équivoque de T.de Chardin, ce qui m'a beaucoup surpris.
J'ai lu jadis l'excellent article de Stephen Jay Gould sur le sujet (je ne me souvient pas du titre de son recueil d'essai).

Yves-André Samère 25/05/2016 07:32

Peut-être « Le pouce du Panda ».

DOMINIQUE 22/05/2016 18:15

Nous sommes un singe. Tout simplement.

Yves-André Samère 23/05/2016 11:30

La science n’a pas pour but de plaire aux gens.

DOMINIQUE 23/05/2016 08:57

Oui, mais l'idée d'être un animal parmi les autres n'a pas plu pendant longtemps, et même maintenant ! Je pensais à Hanouna, à propos de la phrase de San Antonio.

Yves-André Samère 23/05/2016 08:30

Il n’y connaissait rien, visiblement. Cette légende de l’homme qui descend du singe est l’une des plus énormes âneries jamais proférées.

DOMINIQUE 23/05/2016 07:31

Comme l'a dit San Antonio "l'homme descend du singe, mais certains sont descendus plus vite".

Yves-André Samère 22/05/2016 18:18

Vous parlez de Cyril Hanouna, là ?

Danièle 22/05/2016 18:02

Très intéressant en effet, ainsi que l'enquête suivante concernant le vol du retable de Cranach dans l'église de Klieken.
Bien sûr ces émissions n'arrivent pas à la cheville de Touche pas à mon poste...car elles donnent à réfléchir et...ça fait mal à la tête!

Yves-André Samère 22/05/2016 18:17

Pas vu, mais je vais le télécharger.