Cholestérol (1) : ce qu’il est

Publié le par Yves-André Samère

Fidèle à ma ligne de conduite d’aborder avant tout des sujets qui n’intéressent personne (puisqu’on n’en parle nulle part), j’entame aujourd’hui une série de notules sur le cholestérol, avec l’intention de dissiper un ou deux malentendus – pour rester poli. Et je précise que je ne me servirai pas du tout de Wikipédia !

Mais d’abord, qu’est-ce que le cholestérol ?

Eh bien, c’est une molécule très complexe (ça commence mal) qu’on ne trouve que chez les animaux, homme compris ; autrement dit, les végétaux n’ont pas de cholestérol. Il constitue une part des membranes qui entourent nos cellules, et entre aussi dans la composition de la bile qui permet la digestion des graisses. Pour tout cela, nous avons besoin en moyenne d’un gramme de cholestérol par jour. Et cet envoi du cholestérol vers la bile est le seul moyen que nous avons de l’éliminer si nous en avons en excès : il est impossible de détruire le cholestérol !

Mais d’où vient-il ? Soit de l’alimentation, soit du foie ou des cellules elles-mêmes, qui le fabriquent. Je passe sur le processus qui permet ensuite de le faire passer dans le sang afin qu’il soit amené aux cellules, où il sert à réparer les éventuels dommages causés sur leurs parois.

Une curiosité : le cholestérol ne peut pas pénétrer dans le cerveau, à cause d’une certaine « barrière hémato-encéphalique » qui le protège contre tous les intrus, y compris les virus. Donc, si le cerveau a besoin de cholestérol, il le fabrique : il est autonome, et c’est le seul organe qui le soit.

Dans un prochain article, je vous dirai en quoi le cholestérol n’est en rien responsable de l’infarctus du myocarde ni de l’athérosclérose, contrairement à la croyance répandue.

Publié dans Curiosités, Santé, Sciences

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :