Hélène me suit

Publié le par Yves-André Samère

Je m’échine à l’écrire depuis des années, le monde se divise en deux camps : les gens qui, lisant le participe présent arguant, le prononcent comme le nom d’Argan, le personnage de Molière, et les autres, ceux qui savent que le verbe arguer (ou argüer) est de la famille du nom argument, et font entendre le U. Et si vous êtes sceptique, consultez un dictionnaire, ou cette page, qui vous dira tout.

En tout cas, sur France Inter, Hélène Jouan, qui faisait ce matin la revue de presse de huit heures et demie, a respecté la règle et prononcé correctement. Il m’est arrivé de corriger la belle Hélène en d’autres occasions, car elle a naguère joué les potiches au Grand Journal de Canal Plus, où se sont déshonorés tous ceux qui ont accepté d’y participer, il est donc juste que, ce matin, je lui envoie un coup de chapeau.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :