Une matraque brutalisée par un délinquant

Publié le par Yves-André Samère

Ils sont bien, les gens de l’Inspection Générale de la Police Nationale, et leur version du viol par un policier de ce jeune Noir prénommé Théo est décapante : enfin la vérité vraie !

Selon les membres de l’IGPN, qui hélas n’ont aucune influence sur le cours judiciaire de l’affaire, il s’est agi d’un simple accident, certes regrettable pour la réputation du policier innocent et injustement impliqué dans ce complot contre les forces de l’ordre, et pas du tout d’un viol par une matraque de policier. Mais c’est évident, voyons ! Ce petit salaud (je parle de la prétendue victime, là) a prémédité son coup, et, s’étant prestement déculotté (en public, circonstance aggravante), il s’est précipité, les fesses en avant, sur la matraque. L’intention est malveillante, ce qui n’étonne personne chez les gens de bonne foi.

On espère qu’un tribunal lui collera une solide amende, et, qui sait ? quelques dizaines d’heures de travail d’intérêt général. Par exemple, s’occuper de l’entretien du matériel dans un commissariat. On connaît une certaine matraque qui a récemment été malmenée, et doit être remise en état.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 10/02/2017 09:58

Au moins, j'ai pu rire malgré la tristesse de cette histoire. Pauvre matraque.
En plus, ce garçon n'a pas de casier judiciaire, est bon élève, a une bonne réputation dans le quartier : les policiers visent bien, mais ils se sont trompés de cible.
D'ailleurs, il aurait été délinquant, cela n'aurait rien changé aux faits. Sauf que. La victime aurait été moins belle...

Yves-André Samère 12/02/2017 11:35

Où ai-je écrit qu’un viol n’est pas une blessure ? C’en est une, mais « un peu » plus : un crime ! Toute blessure n’est pas un crime. Donc le terme était faible.

Bob 07 12/02/2017 10:56

Blessure = 1 lésion traumatique 2 souffrance morale. Si un viol n'est pas une blessure par l'abominable addition des deux acceptions, je ne sais plus parler français !

Yves-André Samère 12/02/2017 09:19

« Blesse sévèrement », bel euphémisme ! En langage clair et net, cela s’appelle un VIOL.

Bob 07 12/02/2017 08:54

Un policier brutal, mal formé, mal encadré blesse sévèrement un homme. En effet, que Monsieur Théo Lejeune soit bon élève (sic.) ne change rien !

Yves-André Samère 10/02/2017 11:38

Eh oui, pour une fois, impossible de classer la victime dans la catégorie Casseurs. Ces pauvres policiers n’ont pas de chance ! La prochaine fois, peut-être...