« À votre écoute, coûte que coûte »

Publié le par Yves-André Samère

L’émission n’existe que depuis avant-hier, mais déjà les auditeurs se déchaînent sur Internet. Elle s’intitule À votre écoute, coûte que coûte (jeu de mots évoquant déjà la tentative de parodie ou de pastiche), passe à midi vingt (amputant par conséquent de dix minutes l’émission de cette pauvre Isabelle Giordano – mais on pourrait mieux faire), et elle est présentée par deux animateurs se disant médecin et psychiatre, dont les noms prétendus laissent soupçonner qu’ils utilisent des pseudos : Margarete et Philippe de Beaulieu.

Les auditeurs, en gros, se partagent en deux camps : il y a ceux, minoritaires, qui croient que cette émission est sérieuse, et s’indignent de l’indigence des cas retenus et des commentaires qu’en font les deux pseudo-médecins (aujourd’hui, c’est un Noir qui appelle, et on se met à lui parler en petit nègre ; renseignements pris, le faux auditeur était interprété par... Omar Sy !). Et il y a ceux qui ont compris dès le premier jour qu’on voulait faire de l’humour, ce qui est flagrant : comment croire à la réalité d’une consultation médicale au téléphone, par DEUX médecins, insérée dans une tranche horaire consacrée au divertissement, dont la durée coïncide par miracle avec celle allouée à l’émission, et qui se conclut en... six minutes ?

Des deux côtés, en tout cas, on se demande quel est le but – hormis faire du buzz – visé par Philipe Val, directeur de France Inter ; car enfin, l’émission n’est visiblement pas sérieuse. Quant à l’identité des deux farceurs, on émet des hypothèses : ce serait Laurent Laffitte et Zabou Breitman. Juste avant l’émission, François Morel, invité dans celle de cette pauvre Isabelle Giordano, a dit qu’il pensait avoir reconnu hier les deux interprètes.

Bref, comme chantaient les Frères Jacques à propos des marchands de parapluies, « Faut bien qu’ces gens bouffent ». C’est que l’on s’écrase, dans le « Carrefour des putes » (j’ai l’avantage de vous faire connaître que c’est le surnom de ce couloir de Radio France, où des acteurs au chômage viennent voir s’il n’y aurait pas un cachet à se faire dans une émission quelconque).

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :